Festival du Waalo 2016 : entretien avec Aminata Bouna Fall 1ere vice présidente de l’Association pour la Promotion de la Langue et de la Culture Wolof.

Aminata bouna

Rimweb:Le 6 et 7 août s’est tenu à Rosso, ce festival initié par l’Association pour la Promotion de la langue et de la culture wolof. Cette édition consacrée aux résistants du waalo a été une occasion de promouvoir la cohésion nationale selon Aminata Bouna Fall, première vice présidente de l’Association pour la Promotion de la langue et de la culture wolof. Pour en savoir plus sur ce festival, Rimweb s’est entretenu avec Aminata Bouna Fall :
Rimweb : Qu’est ce que le festival du Waalo ?
Aminata Bouna Fall : Ce festival est une activité qui fait partie de notre feuille de route depuis que nous avons hérité de ce bureau issu d’un congrès depuis le 15 mai dernier. Ce festival est organisé par l’Association pour la Promotion de la langue et de la culture wolof qui est sur pied depuis pratiquement 30 ans.
C’est une association qui œuvrait surtout dans le domaine de l’éducation. Il fallait après mieux booster sur la langue et sa culture car la culture est une assise pour toute société. C’est fondamental pour nous d’organiser un festival du waalo au terroir pour fêter à la source ensemble avec nos compatriotes.
Rimweb : Donc ce n’était pas une rencontre inter -wolof ?
Aminata Bouna Fall : C’est toutes les communautés, nous organisons un festival à rosso , une frontière où il ya toutes les communautés fortement représentées, c’est vraiment la zone du waalo, les 23 villages qui existent sont dans cette zone.
Rimweb : Quel a été le menu de ce festival du waalo ?
Aminata Bouna Fall : Un des moments fort a été la conférence sur les résistants du waalo, l’objectif est de faire en sorte qu’on puisse voir à l’issu de ce festival qu’il ya une cohésion nationale particulièrement à Rosso. Il y avait aussi des soirées culturelles, la course des pirogues pour garnir ces deux jours d‘activités etc.. ..
Rimweb : En un temps record comment avez-vous fait pour vous mobiliser des fonds ?
Aminata Bouna Fall : C’était difficile mais Dieu merci, nous avons fait appel à certains bailleurs, à nos cadres wolofs. Nous sommes fiers d’eux ; parallèlement cela  on a fait des cotisations, les bonne volontés ont aidé, vraiment tout le monde a contribué pour que ce festival réussisse.
Rimweb. Quelle est la place des femmes au sein de votre festival ?
Aminata Bouna Fall : Il n ya pas point de développement sans femmes, elles qui sont au devant de cette scène, dans toutes les commissions, il ya un nombre fort de femmes, très engagées à tous les niveaux.
Propos recueillis par Awa Seydou Traoré


Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge