Festival Sagesse Populaire : Nadia Fall se distingue et remporte le premier prix

cloturefestivalconte

Les rideaux sont tombés sur le festival ‘Sagesse Populaire’ organisé du 06 au 20 novembre à l’Institut Français de Mauritanie (IFM), au centre de la CUN, à la maison des cinéastes et dans les établissements scolaires. Ouvert depuis le 06 novembre, l’évènement a drainé du monde mais surtout a permis aux élèves des établissements de s’exercer aux contes et à la liberté d’expression. Sur 16 élèves qui ont compéti pour les contes, 4 ont été primés dont Nadia Fall qui s’est fortement distinguée par sa façon de raconter des histoires et la qualité de celles-ci.

cloturefestconte

C’est à l’IFM que la boucle a été bouclée avec la présence de la marraine, Mme Marième Daddah qui a rendu un vibrant hommage à la jeunesse mauritanienne. « Vive la jeunesse mauritanienne » avait-elle lancé lors de la cérémonie de remise des prix qu’elle a offerts aux différents lauréats des contes. Un public très nombreux pour la plupart des élèves et des parents d’élèves, est venu soutenir la finale des contes. C’est ainsi que Nadia Fall, de l’école Diam Ly s’est distinguée par son conte sur le petit Amadou qu’elle avait d’ailleurs raconté dès l’ouverture du festival. Chapeau à la tête comme une mannequine, Nadia a fait montre d’une certaine maîtrise de son histoire tenant par moment le public en haleine. Nadia Fall, élève en 5ème année au lycée Diam Ly a déclaré après sa consécration : «ce n’était pas difficile pour moi parce que dans notre établissement, on est habitué à monter sur scène pour faire du spectacle. On nous a donné le texte et je me suis préparée deux jours avant la compétition. Le directeur m’a montré les gestuelles et je les ai appliquées et voilà ça a marché. Je remercie mes camarades d’école qui m’ont encouragée et soutenue. Je dédie ce prix à ma mère, mon frère, le directeur qui m’a assisté mais aussi à tout le monde. Je remercie aussi le directeur du festival qui a permis aux élèves de s’affirmer devant le public ».

nadiafall

Pour sa part, Tabara Camara, une autre conteuse, a mis les petits plats dans les grands en faisant preuve de courage face à un public d’El Hadj Oumar Tall acquis à sa cause. Tabara Camara, 15 ans, élève candidate au Brevet à l’école El Hadj Oumar  a soutenu : «Ce n’était pas facile. Mais avec le soutien de nos parents, du directeur et de mes amis, je suis parvenue à tirer mon épingle du jeu. Nous avons eu l’opportunité de s’exprimer devant les gens, ce qui n’est pas mal. Ceux qui n’ont pas parvenu à faire comme nous cette année, je les encourage et l’année prochaine, ils pourront faire mieux. Je dédie ce prix à ma maman chérie que j’aime bien, mes deux sœurs qui m’ont aidé vraiment et à mon oncle Ciré Camara ».

cloturefestcont2

Le jeune Oumar Sidi Ba de l’école Baobab, a lui aussi tenté de faire mieux que ses prédécesseurs. En dépit d’une petite crispation, il a su tirer son épingle du jeu. La seule fausse note, c’est Marième Diallo du Petit Centre, qui, pourtant, avait « bien préparer son conte », à en croire ses encadreurs, elle a fini par se paniquer et abandonner son histoire. Toutefois, elle a été fortement applaudie par le public en guise d’encouragement. Marième Diallo, 13 ans élève 5ème année collège au Petit Centre s’est désolée pour ce qui lui est arrivée ce jour : «J’avais trop de choses dans la tête et je ne voulais pas décevoir les gens mais je suis désolée de ne pouvoir parvenir à satisfaire mes soutiens, mon établissement. Mais une autre fois, je ferai mieux, je prendrai mon encourage en main ».

Devant une salle qui a refusé du monde, les jeunes conteurs ont séduit plus d’un. Ensuite, les grands conteurs notamment, Moctar Ould Razel, Abderrahmane Diallo, Amy Camara, Ciré Camara ainsi que ceux venus de France, François Vermel et Sylvie De Berg ont également conté de belles histoires bien écoutées et appréciées du public.

Badiane

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge