Film Timbuktu : Un vecteur de clichés largement relayés

isselmoumoustapha

J’ai vu la première projection en Mauritanie de «Timbuktu»,  le film d’Abderrahmane Sissagho et j’ai assisté -sans poser ma question- en fin d’après-midi du 21 septembre,  à une partie de la conférence de presse donnée par l’auteur. La projection a connu de l’affluence parce qu’elle a  été boostée  par la présence du Président Aziz, de son Premier ministre et de ses ministres,  dont celle de la Culture qui a parlé d’une  «consécration du génie» de l’auteur, lequel, s’est dit  à son tour «ému» parceque c’est deuxième fois en Mauritanie qu’un président assiste à la projection d’un film après Moctar Ould Daddah en 1974.

Auteur d’un millier d’articles et interviewé au moins une centaine de fois sur le sujet du film ,  je pensais qu’il allait  répondre à la question : Comment en est-on arrivé là et qui en est responsable?
J’avoue avoir  été déçu,  «Timbuktu» n’ayant été, au finish,  qu’un vecteur de clichés largement relayés par une certaine presse qui tait les causes ayant  permis à des illuminés de gouverner de pauvres gens qui n’ont pas fui les villes du Mali tombées sous la coupe des groupes armés début 2012.
Pas de scènes où l’on voit la déliquescence à  Koulouba , la corruption généralisée, la mainmise des  groupes armés sur des pans du territoire malien, le  dénuement des populations, leur exode vers les pays du voisinage et  le refus d’une armée régulière d’aller se battre jusqu’à  ce que des militaires français se décident de le faire à leur place,  début 2013.

Le film ignore donc le chaos qui prévalait et se jette sur ses conséquences. Elles lui servent d’ailleurs, d’entrée : Chasse à la gazelle par des miliciens qui ne craignent pas les services des eaux et forêts,  hors-la-loi  qui criblent des statues de balles  et qui viennent à moto en ville imposer le port du voile,  interdire la musique, la cigarette, le football, les pantalons longs et procéder à des flagellations et lapidations.
Mais   à trop vouloir mettre en  évidence  l’absurdité des miliciens   le film n’aura  pu s’empêcher de leur trouver des excuses et même, parfois, des qualités :  le milicien noir qui a opté pour un mariage forcé a d’abord demandé la main de sa proie,  le nomade blanc qui a assassiné le pécheur noir s’est vu interpeller en un temps record et condamner à mort,  les patrouilles qui font la ronde nocturne rencontrent rarement des suspects, parfois,  un âne seulement,  et les miliciens, eux même,  sont des fêtards comme leurs victimes,  car il y en a  qui fument en cachette et aiment regarder les belles femmes dévoilées.
Plusieurs  scènes frappent  les esprits dans ce film à merveilleuse musique,  notamment, quand  une femme flagellée pour avoir chanté s’est mise à le refaire lors de son supplice ,  puis  la   séquence où une femme exaspérée tend un couteau à des miliciens et leur demande de lui couper les mains; les jeunes qui ont trouvé l’astuce de jouer au football sans ballon,  et le bonheur brisé de la très sympathique petite «Toya» ,  qui a perdu toute sa paisible  famille .
Les milices, c’est connu,   prennent toujours le relais là où il y a faillite de l’Etat, pour commettre  des crimes contre l’humanité.  Mais c’est   d’une telle faillite,  qu’advient,  la  non assistance à peuples en danger.
«Timbuktu» ne nous montré qu’une partie de ce qui s’est passé, et que nous savions déjà.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge