Fin de l’arrêt biologique au niveau de la pêche artisanale


L’arrêt biologique au niveau de la pêche artisanale a pris fin jeudi soir à Nouadhibou. Cet arrêt qui a duré un mois conformément à un arrêté du ministre des pêches et de l’économie maritime, visait à préserver les ressources halieutiques de l’exploitation abusive menée par les bateaux pêchant dans les eaux territoriales mauritaniennes.

Dans une déclaration au correspondant de l’AMI dans la wilaya de Dakhlet Nouadhibou, le président de la section de la fédération nationale de la pêche artisanale à Nouadhibou, M. Sid’Ahmed Ould Oubeid a indiqué que ce repos biologique était une revendication essentielle de la fédération nationale des pêches pour la préservation des ressources halieutiques et pour créer un environnement approprié à la reproduction des espèces.

Il vise aussi à stabiliser les prix du poisson sur les marchés internationaux et à permettre aux armateurs de réparer leurs bateaux. Le président de la section a en outre indiqué que pour la première fois le prix des hydrocarbures destinées à la pêche artisanale a connu une importante baisse de 43 ouguiyas par litre, ce qui aura, a-t-il dit, des répercussions positives sur les propriétaires des pirogues grâce à la baisse des charges.

M. Sid’Ahmed Ould Oubeid a précisé que le mérite de cette baisse revient aux regroupement économique des hydrocarbures relevant de la fédération nationale des pêches.

Il a, par ailleurs, noté que l’accord de pêche signé entre la Mauritanie et l’Union Européenne a permis de résoudre la plupart des problèmes qui se posaient au secteur de la pêche artisanale à Nouadhibou, ce qui, a-t-il dit, a amené la fédération à déclarer le 26 juillet de chaque année journée de préservation de la poulpe.

Il a néanmoins souligné qu’il existe encore des problèmes qui entravent le déleloppement du secteur de la pêche artisanale, citant notamment le problème de la commercialisation, bien qu’il soit dépendant, a-t-il dit, de la loi de l’offre et de la demande au niveau international et celui des liquidités.

Il est à noter que la production de la pêche artisanale par an atteint 259 000 tonnes de poisson et que le le nombre des pirogues en activité est de 3989. Le secteur offre aussi 33 000 opportunités d’emploi.


Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge