Force arabe commune : Des divergences minent le sommet de Charm-Cheikh

arton10050-cc42fL’Authentique: Réunis dans la cité balnéaire de Charm-Cheikh en Egypte, les dirigeants du monde arabe, ont déclaré leur intention de mettre sur pied une force militaire commune. Celle-ci viendrait en appui à l’opération « Decisive Storm » menée par l’Arabie Saoudite au Yémen. Soutenue par la Mauritanie, l’initiative divise déjà les leaders arabes.

La 26ème édition du Sommet arabe s’est ouverte samedi 28 mars 2015 à Charm-Cheikh en Egypte avec la présence d’une forte délégation mauritanienne conduite par le président Mohamed Ould Abdel Aziz. Parmi les onze points inscrits à l’ordre du jour, figure la création d’une force militaire arabe dont la participation sera à titre volontaire.

L’intervention actuelle de dix pays amenés par l’Arabie Saoudite au Yémen, opération « Decisive Storm », en constituerait le premier test. Un vœu que le président égyptien, Abdel Fetah al-Sissi a toujours formulé avec insistance pour lutter contre l’Etat Islamique.

Les observateurs considèrent cependant que par-delà la menace terroriste, cette force serait le fruit d’une forte crainte ressentie par les pays du Golfe face au grand rival iranien dont l’influence dans la région s’étend de plus en plus.

La Mauritanie serait d’emblée partie prenante dans cette force, le président Mohamed Ould Abdel Aziz ayant annoncé le jeudi 26 mars 2015 lors d’une conférence de presse, qu’il supporte la lutte menée au Yémen par la coalition dirigée par les Saoudiens.

Cette information fait l’objet d’analyses diverses au sein des observateurs nationaux. Si certains y sont favorables, trouvant que seule la solidarité internationale, en particulier arabe, peut venir à bout de la menace terroriste, d’autres trouvent que cette implication de la Mauritanie dans un conflit qui ne la concerne pas, tant sur le plan géostratégique, sécuritaire que politique, pourrait être lourde de conséquences.

La participation mauritanienne dans la crise au Yémen, pourrait avoir des incidences graves sur ces relations diplomatiques avec la Russie et l’Iran, entre autres. Cela pourrait même avoir d’avoir conséquences, selon les analystes, sur ses rapports avec des pays comme l’Algérie, qui fait partie des pays tels que l’Irak et le Liban, à s’être départis d’une telle aventure.

Si la propension de plus en plus grande de la Mauritanie dans des conflits en Afrique, comme la Côte d’Ivoire ou la Centrafrique, peut être légitimée par le parapluie Onusien, son intervention sur les terrains éloignés du Moyen-Orient, ne trouvent quant à elle, aucun justificatif, selon ce point de vue.

D’autres encore évoquent la crainte que la menace terroriste ne soit encore plus motivée contre la Mauritanie, dont les frontières seraient menacées par la présence de deux Katibas de l’organisation Al Qaïda au Maghreb Islamique, qui ont fait allégeance à l’Etat islamique.

MOMS

Source: L’Authentique

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge