8 mars 2012 : AFCF ou nouvel élan de militantisme !

La présidente de l’AFCF, Aminetou Mint El Moctar, a déroulé, dimanche soir, dans la salle de spectacles de l’IFM (Institut français de Mauritanie) le programme des festivités commémoratives de la fête des femmes du 8 mars de son institution juste après sa conférence/débat portant sur «les violences faites aux femmes en Mauritanie». Un programme allant de l’organisation des conférences/débats à la production des soirées artistiques, qui seront en effet animées par des artistes musiciens locaux.

«Halte aux violences faites aux femmes»

Aminetou Mint El Moctar a entamé, avant-hier, dans la salle de spectacles de l’IFM (Institut français de Mauritanie) une série de conférences/débats sur la condition féminine en Mauritanie . Et le premier thème de ce débat/conférence portait sur les «violences faites aux femmes».

Selon la présidente de l’AFCF, les femmes mauritaniennes sont victimes de plusieurs sortes de violences, entre autres, le harcèlement sexuel, les agressions physiques, les violences conjugales, les violences domestiques, le viol… Abordant spécifiquement le sujet de viol, elle a laissé entendre que le viol est devenu «un crime presque ordinaire» en Mauritanie, car les femmes violées sont laissées pour compte. Celles, qui osent porter plainte contre leurs bourreaux, sont mécaniquement traitées de «prostituées» et jetées derrière les grilles dans les locaux des commissariats par la police où elles seront traitées comme des filles «faciles». Et certaines auront du mal à se trouver des maris. C’est pour cette cause que les militantes féministes de l’AFCF célébreront la journée du 8 mars sous le slogan «Halte aux violences faites aux femmes». D’autres thèmes de ces conférences/débats comme «la traite de l’esclavage», «l’historique de la lutte des femmes», «le droit des femmes, le code du statut personnel» seront aussi au menu de cette journée. «Nous espérons que ces différentes thématiques permettront de faire comprendre aux hommes que les femmes ne sont pas leurs ennemis, mais plutôt des partenaires pour faire avancer les choses», a-t-elle terminé sur cette note d’espoirs.

Les artistes mis à contribution

Apparemment, les militantes de l’AFCF ont compris que les mots ne suffisent plus pour sensibiliser. C’est ainsi qu’elles ont pensé mettre à contribution certains artistes musiciens du pays : le trio du groupe de rap Ewlade Leblade, Loubaba et ses filles, Fama Mbaye et d’autres , viendront animer les différentes soirées commémoratives de la fête internationale de la femme au Stade de Ksar et dans le Parc de l’OMVS.

Camara Mamady

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind