France: les chauffeurs de taxi en colère contre Uber

A ParisLes chauffeurs de taxi français ont entamé tôt ce jeudi 25 juin au matin une grève illimitée à l’appel d’un front uni de syndicats. Dans la capitale et plusieurs villes de l’hexagone, ils protestent massivement contre l’installation d’Uber, la startup américaine qui a bouleversé le secteur du transport avec chauffeur en France mais aussi partout dans le monde.

La colère est à son comble contre Uber, ce trublion du secteur du transport de personnes accusé de concurrence déloyale par les sociétés de taxis. En effet, grâce à une application sur téléphone mobile, Uber met en relation passagers et voitures de transports avec chauffeurs, les VTC. Dans le cas d’UberPop, les chauffeurs sont même de simples particuliers, dont l’exercice est illégal. Uber empoche au passage 25% sur chaque course.

Uber, symbole d’un nouveau mode économique

Un million de personnes dans le monde travaille ainsi à travers cette application. Leur statut de chauffeurs indépendants exonère Uber de tout paiement de salaire, de matériel ou même de couverture sociale dont les sociétés traditionnelles de taxis doivent s’acquitter. Uber casse en réalité les prix et rafle une part importante du marché. « Uber s’appuie sur des consommateurs qui peuvent se servir de leurs propres véhicules et de leur propre temps pour transporter d’autres personnes qui souhaitent se déplacer. Uber se contentant d’assurer la mise en relation », précise Pierre-Jean Benghozi, professeur à Polytechnique et spécialisé dans l’économie d’internet.

En six ans, la progression du groupe californien a été fulgurante. Sa valeur aujourd’hui est estimée à 50 milliards de dollars. Il opère dans plus de 50 pays et 280 villes, contre seulement une centaine il y a six mois. Un million de trajets sont réalisés tous les jours dans le monde. En Chine, où la startup va investir un milliard de dollars, il effectue un million de trajets chaque jour, alors que son service n’a été lancé qu’en février 2014.
Et chaque mois, plus de 50 000 nouveaux chauffeurs à travers le globe rejoignent la plate-forme.

Un modèle remis en cause par la justice américaine

Ce modèle économique rentable est aujourd’hui fragilisé par une décision de justice américaine. Suite à la plainte d’une conductrice Uber, Barbara Ann Berwick, le tribunal de Californie a jugé, le 18 juin, que les chauffeurs de la société étaient des salariés et non pas de simples travailleurs indépendants. Uber devrait donc rembourser à la plaintive les frais professionnels engagés dans le cadre de son activité. Avec ce jugement, les limites de ce nouveau mode de travail posent question : « La décision du tribunal est intéressante… quelle est la nature de la relation entre quelqu’un qui met sa voiture et son temps à disposition mais qui ne maîtrise ni le choix de ses clients, ni les modes de tarification, ni l’intensité du travail qu’on va lui proposer ? », s’interroge Pierre-Jean Benghozi.

« C’est une situation compliquée parce qu’elle pose les limites de ces nouvelles formes d’emploi que l’on voit émerger qui, à la fois, permettent à des chômeurs de rentrer plus facilement dans le marché du travail, mais qui remettent en cause les structures installées et les modes d’emplois qui existent déjà dans l’industrie. » Uber a bien sûr fait appel du jugement du tribunal, car s’il doit salarier tous ses chauffeurs et leur accorder des droits sociaux, son modèle économique va être anéanti. Pourtant, toujours selon Pierre-Jean Benghozi, le numérique a bouleversé l’économie de manière irréversible.

« C’est cette concurrence asymétrique qui permet de faire bouger les offres de transports collectifs aujourd’hui. Aussi bien la SNCF que les compagnies de taxis ont varié leurs offres pour répondre davantage aux demandes des consommateurs qui veulent plus de souplesse dans leurs réservations, des tarifs plus adaptés », souligne-t-il encore.

Le secteur du transport est concerné, mais pas seulement, poursuit-il. « Dans le secteur de la musique ou du cinéma il est clair que l’arrivée d’acteurs comme Apple ou Netflix a amené les acteurs installés à repenser leur offre, et à l’adapter aux nouveaux modes d’écoute ou de visionnage des films aujourd’hui. »

Un nouveau modèle dans tous les secteurs

Ce développement économique évolue donc à toute vitesse et dans tous les secteurs. Récemment, le site américain Amazon a lancé une application qui permet à tout un chacun d’arrondir ses fins de mois en livrant des colis. Grâce aux nouvelles technologies et à toute les économies de partage, comme Blablacar pour le co-voiturage, ou Airbnb pour l’hébergement, les modes de salariats sont en pleine révolution. C’est ce que constate aussi Cyril Dorsaz, patron de Swissnex dans la Silicon Valley. Il aide les entrepreneurs à s’implanter aux USA. « Il faudra peut-être demain s’habituer à ce que le matin on travaille pour Uber en tant que chauffeur, l’après midi pour Task Rabit, une plateforme qui permet à des travailleurs indépendants de fournir des tâches comme le nettoyage, les courses, la livraison de colis, et le soir on aura quelqu’un qui viendra utiliser notre deuxième chambre dans notre appartement grâce à la plateforme Airbnb. La question derrière que la société ensemble doit se poser c’est : « Est-ce que c’est ce que nous souhaitons ? » ». Une chose est sûre, les chauffeurs de taxis, ne le souhaitent pas.

Les régulateurs doivent plancher sérieusement sur la question. Une des possibilités, selon Pierre-Jean Benghozi, est de faire respecter les règles de la concurrence. « L’acteur public devra faire en sorte que ces plateformes soient transparentes dans la manière de fournir ces services vis-à-vis du consommateur, loyales par rapport aux différents prestataires », mais sans pour autant empêcher les nouveautés et l’amélioration de la qualité des services d’émerger. « Il y a une véritable demande des utilisateurs par rapport à des services qui sont renouvelés et ce serait dramatique de bloquer ces usages innovants au profit du maintien au sens strict de solutions du passé », conclut-il.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge