Des parlementaires interpelent le MINT à propos de l’affaire « Legned »(Brakna)


Des parlementaires ont interpelé, jeudi dernier, au cours de la plénière de l’assemblée nationale, le ministre de l’intérieur à propos du le litige de Legned (Brakna), opposant cultivateurs et éleveurs.

Le premier à avoir soulevé cette question est le député UFP Bedr Din, qui a commencé par condamner « la répression sauvage par la gendarmerie de paisibles cultivateurs pour s’être opposés pacifiquement à des gens venus creuser des puits sur leurs terres constituant leur source de vie unique, pour abreuver des troupeaux appartenant à des officiers supérieurs de l’armée mauritanienne ».

Le député Ber Din citant des experts, a affirmé que la présence de puis dans son environnement immédiat porterait un grave préjudice à la digue de retenue d’eau construite par les cultivateurs.

Le député UFP a également interpelé le ministre de l’intérieur à propos de cette question, ainsi que les solutions prévues par le gouvernement pour le règlement de ce litige.

Pour sa part, le député UPR Yaghoub Ould Teyeb a demandé au ministre de donner des éclaircissements sur le litige de Legned. Il a souligné que c’est une question largement évoquée par les médias électroniques, avant de souligner qu’il préfère taire les informations dont il dispose à propos de ce litige qui sont, a-t-il souligné « très différentes de celles présentées par le député Bedr Din ».

Pour sa part, le ministre de l’intérieur après avoir mentionné qu’il est assez édifié sur cette question, a indiqué que les habitants son des cultivateurs dont les champs sont protégés par un barbelé. Au-delà de cette clôture, poursuit Ould Boilil, il existe une zone traditionnellement connue pour la présence de point d’eau.

Il résumera le problème comme suit : «Des éleveurs e cette sont habitués, à venir chaque année passer la saison sèche dans le parcours Legned-Imbidan et pour ce faire, ils creusent des puits pour abreuver leurs troupeaux.

L’année dernière, ils n’ont pas nomadisé sur cet axe. Mais, quand ils sont revenus dernièrement pour commencer à creuser des puits, ils ont été empêchés par les habitants. Ils en ont fait état devant les autorités administratives de la wilaya (Brakna), lesquelles ont promis de se déplacer sur les lieux pour voir si l’eau existe dans la zone. L’autorité administrative avait alors expliqué que personne ne pourra les empêcher de creuser les puis. 
Il ya donc un conflit d’intérêt, puis un litige opposant deux groupes. Des unités de la gendarmerie sont intervenues pour maintenir l’ordre surplace ».  Ould Boilil devra conclure : « Ceci est la réalité des choses et ce qui vient d’être dit relève des surenchères ».

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge