Fête internationale de la femme : Elles ont battu le pavé à Nouakchott.


Harassante journée que celle de ce jeudi passé ! Et pour cause : les femmes sont célébrées, comme chaque année, le 8 mars. En effet, les femmes mauritaniennes ont battu le pavé à Nouakchott à l’occasion de la fête internationale de la femme, brandissant leurs banderoles. Plusieurs groupes très actifs de la société civile, portaient des pancartes qui évoquaient la lutte contre les violences faites aux femmes, le mariage précoce, le quota des femmes aux postes électifs, ou la représentativité des femmes dans l’administration publique. Ces différentes marches ont été l’occasion pour les femmes mauritaniennes organisées au sein d’Ong, de groupements associatifs de se solidariser avec toutes leurs consœurs qui aspirent à un changement des mentalités, à un développement équitable et à une justice sociale. A l’image de l’Association de Lutte Contre la Dépendance (ALCD) présidée pat Toutou Mint Ahmed Jiddou.

Laquelle association gère le centre d’accueil et d’écoute (Rihab) des femmes victimes des litiges familiaux et des violences conjugales. L’ALCD, signalons-le, fait partie des six organisations non gouvernementales, organisatrices de la marche. Toutou Mint Ahmed Jiddou est une militante invétérée de la cause de la femme surtout quand il s’agit du respect des droits fondamentaux de la femme. Combien de femmes battues ont été défendus par l’ALCD ? Elles sont nombreuses et ont fini par avoir gain de cause. Cela dit, il est à noter que l’ambiance était bon aloi sur tout le parcours de la marche jusqu’au portail du Palais présidentiel. Au portail de la Présidence de la République, elles ont été accueillies à tour de rôle par une forte délégation de personnalités dont la Ministre des Affaires Sociales, les conseillers du Président de la République et la directrice adjointe du Cabinet du Chef de l’Etat, auxquels les manifestantes ont remis leurs doléances. Une volonté politique du président de la République, M. Mohamed Ould Abdel Aziz, qui s’exprime à l’occasion de cette fête internationale de la femme, placée cette année en Mauritanie sous le thème de la solidarité avec les femmes rurales. Le ton avait été donné le 8 mars au palais des congrès par Mme Moulaty Mint El Moctar ministre de l’enfance et de la famille
En outre, l’Association mauritanienne des Femmes Chefs de Familles (AFCF) présidée par Aminétou Mint Moctar alliée à d’autres organisations de la société civile pour la manifestation, ont battu le pavé à leur manière. Le cortège est parti du village de la biodiversité pour finir sa marche devant les grilles du Palais de la République. « Non à la violence faite aux femmes », « le trafic des êtres humains est un crime contre l’humanité », « oui à la consolidation des acquis des femmes » « ensemble pour lever les réserves sur la cedew » étaient, entre autres, les slogans brandis par ces femmes. Au niveau de la présidence de la République, les marcheuses, à leur tête Aminetou Mint Moctar, présidente de l’AFCF, ont été reçues par la ministre de la famille, de l’enfance et des affaires sociales, le secrétaire général du gouvernement et le directeur de cabinet du président de la République auxquels elles ont remis un cahier de doléances.
A noter par ailleurs que différentes manifestations se sont déroulées à Nouakchott pour célébrer la fête internationale de la femme. Comme par exemple la soirée musicale à la mémoire de la diva Dimi Mint Abba au centre culturel français rebaptisé Institut Français de Mauritanie (IFM). Cette soirée avait été proposée par Nouakchott Music Action. En tête d’affiche, les vedettes Thiedel Mbaye, Penda Woury, Tahra Mint Hembara, le groupe Diddal Jaalal et Garmi Mint Abba. Les uns et les autres, se sont succédés au podium pour égayer le public mais aussi pour rappeler que les femmes ont des droits.

Aïssata Elimane Dia (Stagiaire)

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge