Il viole une femme qui vient d’accoucher

Omar Bâ fait partie de cette canaille dont la prison ne veut plus. Multirécidiviste et locataire invétéré de la prison civile de Dar Naïm, Omar ne sort de taule que pour chercher un prétexte, n’importe lequel pour retourner.

Malheureusement, ce sont d’honnêtes personnes qui payent le prix de ses forfaitures. La dernière, est le viol d’une femme qui venait d’accoucher. Omar rôdait dans les ruelles de Kouva, lorsqu’il aperçut une maison aux apparences vides. Tous les locataires étaient partis au travail et les femmes au marché. Ne restait qu’une femme et son bébé de cinq mois.

Omar était entré une première fois dans la concession, sous prétexte qu’il avait soif. En réalité, il voulait s’assurer que la femme seule. Il la trouva couchée, le bébé sur son bras. Il repartit pour revenir quelques minutes plus tard. Le bébé dormait et la femme s’apprêtait à prendre une douche. Omar se rua sur elle avant qu’elle ne reprenne ses esprits. Armé d’un long coutelas, il lui intima l’ordre de ne pousser aucun cri si elle ne veut pas mourir sur le champ.

Effrayée, la jeune femme se plia à ses pulsions animales. Après son forfait, il quitta précipitamment la maison, en pressant le pas comme quelqu’un qui a le feu derrière. Didi, le chef de la P.J du CSPJ qui rôdait lui aussi dans les parages dans le cadre d’une enquête aperçut Omar Bâ qu’il connaît bien et trouva louche son air pressé. Il le héla pour lui demander ce qu’il avait aux trousses.

La femme était sortie en ce moment pour pleurer son désespoir. Elle aperçut alors son violeur et s’avança vers Didi, le visage inondé de larmes. Il draina Omar Bâ au commissariat. Le mari de la femme qui apprit la nouvelle avait failli déchiqueté Omar mais fut retenu par les policiers. Omar Bâ a été déferré au Parquet mercredi 28 février dernier, a été entendu par le juge du 5ème cabinet, puis déposé en prison.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind