Marché des médicaments : Le couperet est tombé.


Il y a un mois jour pour jour, le ministre de la Santé, interrogé par des journalistes lors d’une émission de TVM, avançait qu’une nouvelle des plus importantes serait rendue publique à terme qui devrait jouer de son influence dans le secteur de la santé. Depuis, les contribuables attendent.

Dimanche, le couperet est tombé : le prix des médicaments sera désormais uniformisé sur l’ensemble du territoire national. Telle était " la nouvelle d’importance. Une mesure qui n’est pas une première en soit. Elle avait déjà été appliquée pendant les années 80 dans toute la Mauritanie.

A l’époque, les pharmacies étaient détenues par une société d’Etat appelée Pharmarim, le marché de distribution des médicaments, également. A la fin des années 90, dans la foulée des privatisations inspirées par les institutions de Breton Wood, l’Etat mauritanien avait décidé de se retirer du secteur des médicaments.

Les pharmacies et les dépôts pharmaceutiques furent crées à profusion et les sociétés de distribution de médicaments aussi. N’importe qui s’installait dans le secteur, pharmaciens, infirmiers, commerçants, hommes d’affaires… A tel enseigne que des vagues de chômeurs trouvaient à s’occuper et les centres de vente de médicaments devenant plus nombreux que les épiceries.

Au même moment, les réseaux de distribution de produits pharmaceutiques se multiplièrent. Les médicaments provenaient d’Europe, des Etats Unis, de Russie, de Chine, d’Inde, de nombre de pays arabes mais aussi de la plupart des pays africains.

N’importe qui importait et chacun fixait ses prix à sa convenance. C’est ainsi que dans deux pharmacies séparées seulement par un mur, le prix d’un quelconque médicament pouvait varier du simple au double. C’était l’anarchie. Une anarchie qui a fait de nombreux riches sur le dos de contribuables. Et c’est pour mettre fin à cette anarchie que les pouvoirs publics ont décidé d’uniformiser, ou d’homologuer les prix des médicaments. Et ceci à partir du 1er mars prochain. En ont-ils les moyens ? Pourront-ils assure la pérennité d’une telle décision ? Par ailleurs, ont-ils la possibilité d’abord de vérifier en amont, l’authenticité des médicaments vendus sur le territoire national ? Wait and see.

JOB.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind