Pouvoir – Opposition : Paroxysme de la Guerre des discours.


L’opposition se prépare à organiser lundi une marche qu’elle veut déterminante pour presser le régime de partir, alors que celui-ci, ainsi que ses soutiens sont à pied d’œuvre dans la capitale économique pour assurer un succès éclatant au meeting du président de la république prévu le lendemain mardi 13 mars cours. Après les rivalités du dialogue, des amendements constitutionnels, l’opinion assiste aujourd’hui impuissante à des hostilités des discours qui sont diamétralement opposés l’un à l’autre.

La fin du calvaire du gendarme enlevé par Aqmi, largement saluée par les mauritaniens de tout bord, partisans et opposants du pouvoir, n’a pas été en mesure de souffler un temps d’accalmie de la scène politique nationale qui connaitra dans les prochaines heures ses moments les plus tendus.

Une guerre entre les deux camps qui passe actuellement à son paroxysme avec ces propos virulents du chef de file de l’opposition Ahmed Ould Daddah contre le président de la république, demandant à la fois son éviction et sa traduction devant la justice.

Un acharnement qui n’a pas laissé l’Upr et les partis de la majorité indifférents, puisqu’ils ont tous joué sur la même corde de tension pour rendre au président du Rfd sa monnaie, l’accusant de tous les maux, sur toutes les tribunes.
Peut-être que dans son discours de mardi prochain, le président de la république se réservera de donner le coup de massue, surtout qu’il aura déjà pesé les critiques de l’opposition pour faire écrouler ses accusations comme un château de cartes.
A Nouadhibou, le chef de l’Etat, qui n’a prononcé un discours depuis une certaine période, aura sans doute beaucoup à dire à une opinion toujours impatiente de voir le pays avancer. La lutte contre le terrorisme, le programme spécial d’intervention, Emel 2012 ou PSI, le dialogue politique, l’habitat et ce printemps arabe qui s’européanise après être été africanisé, mais aussi, les amendements constitutionnels seront sans doute au menu de ce rassemblement populaire dont la majorité cherche à tout prix à en faire le point culminant des bons rapports entre le président et son opinion.

Face à cette bataille des discours, la majorité des mauritaniens restent indifférente, car l’essentiel pour être est le bien-être économique et social, de manger à leurs faims, de réduire les impacts négatifs de la sécheresse. Ce sont là, les préoccupations du peuple qui est las d’une guerre sans fin et sans remède.
Des hostilités qui perdurent avec ces nouveaux affrontements violents entre les étudiants de l’Iseri et les forces antiémeutes, la scission au niveau de l’Ira, les protestations contre la mauvaise gestion du plan d’urgence.
Tant d’ingrédients qui s’opèrent dans un environnement volcanique caractérisé de part et d’autre par le brasier qui pèse sur le pays que représente à l’ouest le différend sur le Sahara Occidental, au Sud, l’instabilité politique sénégalaise, à l’Est, le conflit inter malien et au nord l’organisation terroriste.
Ahmed Ould Bettar

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind