Premier Salon de l’emploi: Quelle incidence sur le marché?


Les rideaux ont été tirés, le 21 février, sur la première édition du Salon de l’emploi, organisé par la Fédération des Services et des Professions Libérales (FSPL) de l’Union Nationale du Patronat Mauritanien (UNPM). Cette manifestation, inédite dans notre pays, a suscité un grand engouement des participants venus en grand nombre, surtout ceux en quête d’un emploi trop rare, par les temps qui courent.

Rencontré dans les couloirs, le directeur de l’ANAPEJ, Hamoud Ould Abdi, exprimait le souhait de voir le salon concrétiser force offres d’emploi. Comme s’ils s’étaient fait passer le message, les jeunes diplômés chômeurs, filles et garçons confondus ont, CV en main, envahi, au second jour, les nombreux stands du salon. On les trouvait en train de s’informer sur d’éventuelles offres ou des propositions de formations qualifiantes.

Face au flot des prétendants, chaque stand a confié, à un responsable, le soin de réceptionner les CV. C’est dire combien l’espoir de ces jeunes était grand, en allant visiter le salon.

Beaucoup de contacts et de CV

Au deuxième jour, le reporter du Calame a arpenté les tentes abritant les stands, avec une seule interrogation aux exposants: « avez-vous offert des emplois ? » La question a déconcerté la plupart de nos interlocuteurs qui s’attendaient, visiblement, à tout autre chose. De fait, fort peu proposaient des emplois.

Après avoir recruté en 2011, vingt-trois ingénieurs, dix-huit techniciens et vingt agents, la Mattel, cherche, pour 2012, des juristes, des maquettistes, des ingénieurs (option IT, télécoms, communication).

L’université libanaise, en pleine extension, recherche, pour sa part, des enseignants qualifiés, des assistants mais, aussi, des étudiants, pour ses filières. Pôle d’excellence, LIU offre des formations en divers domaines : gestion des affaires et Droit, éducation, arts, sciences, ingénierie…

Les responsables du stand de l’Office Nationale de Médecine du Travail (ONMT) se disaient prêts à signer, séance tenante, des contrats d’embauche avec des spécialistes de la médecine du Travail. Cette institution gère ce que nous appelons les dispensaires inter-entreprises. Du côté de Maersk, on annonce trois postes vacants. Avis donc aux amateurs.

Au stand de l’Armée, très reconnaissable avec ses étoiles dorées, on signifiait que la Grande Muette offre de nombreuses opportunités aux jeunes mauritaniens désireux de faire carrière : il suffit de se renseigner auprès des services concernés. Pour le reste des stands, les responsables interrogés nous ont fait savoir qu’ils ne proposent pas d’emploi mais qu’ils collectaient, tout de même, les CV des prétendants, pour leurs bases de données. Maigre consolation.

Tasiast Kinross, principal sponsor du salon, entendait profiter de l’occasion pour expliquer, aux nombreux candidats, ses procédures de recrutement. Pour éviter de continuer à être inondé de CV ne répondant pas aux besoins de l’entreprise – désœuvré et ne sachant à quel saint se vouer, quelqu’un a même envoyé son diplôme de biologie ! –

Tasiast a consigné, dans un document, la liste des postes disponibles pour 2012. « Le moment venu », explique une accorte dame, « les candidats seront informés par la radio ». Chargée de l’information, la charmante prenait tout son temps, pour expliquer, à un public très attentif, les modalités de recrutement, afin de leur éviter de faux espoirs.

DL

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind