Visite présidentielle A Nouadhibou : S’ouvrir et ne rien occulter.

Le discours que le Chef de l’Etat aura à tenir à Nouadhibou le 13 mars prochain est attendu par les Mauritaniens á plus d’un titre. Ce sera certainement pour Mohamed Ould Abdel Aziz l’occasion de répondre aux partis de la COD qui ont refusé de participer au dialogue national ; ce sera aussi une synthèse de l’ensemble des discours qu’il a prononcés lors de ses dernières sorties.

Jusqu’à présent, le flou qui le dispute á la contradiction dans les propos du chef de l’Etat rend plutôt l’appréhension des dossiers encore plus compliquée, y compris même pour certains de ses collaborateurs.Lors de sa sortie à l’hôpital Femmes et enfants, le président de la République avait dit sa disponibilité d’ouvrir un dialogue avec les partis politiques qui n’avaient pas participé au dialogue national qu’il avait initié ; une semaine plus tard, et alors qu’il recevait chez lui les partis participationnistes, le voilà qui change de fusil d’épaule pour soutenir en substance qu’en matière de dialogue, il n’y a que celui qu’il avait tenu auparavant !

A Nouadhibou, le Chef de l’Etat prêchera des Mauritaniens convaincus de la nécessité des reformes institutionnelles et de l’obligation de sortir du cercle vicieux : crise économico- financière et sociale, laxisme de l’administration, absence de concertation entre les partis politiques, règne d’une oligarchie de voleurs et errements de l’Etat-matraque. Seulement, ces mêmes Mauritaniens, patriotes sincères et observateurs lucides, ont plutôt l’impression que cette idée de la Mauritanie nouvelle fondée sur la justice en prélude á une démocratie réelle peine encore á trouver ses marques. Tellement les contradictions sont nombreuses et occultées. Sans évoquer ces contradictions, nous n’arriverons jamais á les dompter, á moins que nous ne ressortions les matraques et les lacrymogènes pour taper (encore une fois) sur ceux qui pensent le contraire ou soutiennent autre chose que ce qui est officiellement proposé.

La vision développée aux premiers moments de l’ère azizienne semble avoir été détournée. D’aucuns ont espéré voir les problèmes de la Mauritanie posés sur la table, et discutés une fois pour toutes ;

Aujourd’hui toute l’attention se focalise sur des échéances qui sont désormais á notre porte. Où est la vision d’avenir qui se fonde sur un socle solide et pérenne ? Où sont donc les résultats intégraux du dernier dialogue tant vanté ?

Nous l’avons toujours soutenu dans nos colonnes que la Mauritanie doit réécrire une nouvelle page blanche de son histoire. Tant qu’il y aura des Mauritaniens qui ne mangent pas à leur faim, qui ne sont pas soignés comme il le faut, qui crient á l’esclavage, á l’injustice, á la discrimination, á la marginalisation ou á l’exclusion, nous resterons toujours hantés. Tant que le pouvoir central refuse de s’ouvrir aux autres, de discuter avec eux et de prendre avec eux les solutions à certains de nos problèmes, le pays sera toujours en crise. Que le président de la République prenne son courage par les deux mains et ouvre des discussions franches sur toutes les questions et avec toutes les parties, et voilà les questions résolues ! Les Mauritaniens savent trouver des solutions si on le leur demande et si on prend soin de les consulter…

Sneiba.

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge