G20: la Chine accueille les dirigeants des pays les plus riches de la planète

G20Le sommet du G20, où se rencontrent les dirigeants des 20 pays les plus riches de la planète, commence ce dimanche 4 septembre à Hanghzou, dans l’est de la Chine. Les sujets au programme, notamment économiques et diplomatiques sont nombreux. Présentation de ce sommet.

Pour l’instant, elle tient. Mais l’économie mondiale est fragile et de nombreuses menaces pourraient l’affaiblir, indique notre envoyé spécial à Hangzhou,Guillaume Naudin. Les dirigeants des pays du G20, qui représentent 85% de ladite économie mondiale le savent bien. Le FMI a abaissé ses prévisions de croissance pour cette année et la prochaine. Les menaces liées au Brexit, au ralentissement chinois et à des taux d’intérêt très bas un peu partout dans le monde augmentent les risques et limitent les marges de manœuvre.

Les sujets de discussion au cours de ce G20 chinois seront néanmoins nombreux. Dans la ville du géant du commerce en ligne Alibaba, il sera notamment question d’innovation et de relance des échanges mondiaux. Le climat avec la mise en œuvre de l’accord de Paris sera aussi au menu, de même que la transparence fiscale, après les révélations des Panama Papers. Cela permettra aussi de discuter de la lutte contre le financement du terrorisme. Le G20 ne définissant pas de règles, mais des objectifs, c’est aussi et peut-être surtout dans les rencontres bilatérales que seront traités de nombreux sujets.

Le président chinois Xi Jinping qui accueille le G20, ici lors d’une réunion avec Barack Obama, à Hangzhou, le 3 septembre 2016.

Redorer le blason de la Chine

C’est bien la première fois que le plus grand pays en développement du monde organise le G20, raconte notre correspondante à Pékin,Heike Schmidt. Pour le président Xi Jinping, c’est donc l’occasion rêvée de briller sur la scène internationale et de redorer le blason de son pays. La Chine semble pourtant assez mal placée pour donner un nouvel élan à l’économie mondiale, avec son taux de croissance le plus faible depuis 25 ans et des réformes vers une économie plus innovatrice et moins dépendante de l’industrie lourde, des réformes qui peinent à être mises en œuvre.

Pour que ce sommet entre dans l’histoire comme un succès, Pékin affiche donc des objectifs assez modestes, avec ce thème peu conflictuel : « innovation vigoureuse, interconnectée et inclusive ». L’occasion est bien trop belle pour parler des sujets qui fâchent, comme par exemple des surcapacités d’acier chinois. Les Etats-Unis, l’Europe et le Japon soupçonnent la Chine de vouloir s’en débarrasser en les exportant à bas prix, ce qui plombe les marchés mondiaux. Pékin fera cependant tout pour éviter la polémique ici à Hangzhou, sur le plan économique, mais aussi politique : de la mainmise de Pékin sur la mer de Chine – au grand dam de Washington et du Japon – il ne devrait donc pas en être question, non plus.

Barack Obama à Hangzhou, le 4 septembre. Un sujet qui fâche au G20: les Etats-Unis, l’Europe et le Japon soupçonnent la Chine de vouloir se débarrasser de ses excédents de production d’acier en les exportant à bas prix.

Des enjeux bien hexagonaux pour François Hollande

Ils sont nombreux les sujets que les 20 pays les plus riches de la planète doivent discuter, mais il n’est pas certain que ce soient exactement ceux que François Hollande ait en en tête au moment de rencontrer ses homologues. Car c’est un président préoccupé qui arrive àHangzhou.

Préoccupé depuis qu’Emmanuel Macron a perturbé la séquence régalienne prévue à l’Elysée pour la rentrée. Après la semaine des ambassadeurs, totalement éclipsée par la démission de l’ancien ministre des Finances, ce G20 doit être l’occasion de reprendre la main, de se représidentialiser en profitant de ses rencontres prévues avec les grands dirigeants de la planète, et notamment Vladimir Poutine et Xi Jinping pour montrer que lui, François Hollande, joue dans une autre catégorie que tous ceux dont les candidatures se multiplient à gauche.

Et la pression est forte, car les ambitions se nourrissent de la faiblesse politique supposée du président telle que la mesurent les enquêtes d’opinion. A tel point que ses proches le pressent d’accélérer le pas et de donner des signes de sa future candidature et de son futur projet pour ne pas laisser la concurrence occuper l’espace.

Avec des thèmes chers au président comme la lutte contre le financement du terrorisme, la croissance verte ou la lutte contre l’évasion fiscale, ce G20 doit l’y aider.

RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge