GAO: Des soldats font des descentes au marché pour demander aux commerçants de payer chacun 1 000 FCFA

mali-militaireSuites à des comportements malsains des militaires à Gao, les populations ont décidé de protester pour signifier leur ras-le-bol. Nos sources de la ville de Gao sont unanimes : les militaires se comportent de façon déshonorable contre les citoyens de la Cité des Askia qui affirment que les soldats se servent d’armes pour soutirer de l’argent et certains produits de première nécessité aux habitants.

 «Au niveau du pont de Wabaria, les soldats ont tiré sur un vieux Peulh qui venait de son village pour des achats. L’homme avait vendu quelques bœufs pour se ravitailler dans la ville de Gao. Les militaires se sont adressés à lui en français, faute de s’exprimer en peulh, il a du coup été abattu», informe un habitant. Et le fils du défunt, d’ajouter «L’argent de mon père a été enlevé.

On n’a rien trouvé sur lui après sa mort». Par ailleurs, d’autres sources révèlent : «Les soldats font des descentes au marché pour demander aux commerçants de payer chacun 1 000 FCFA. Aussi, un soldat est entré dans une boutique et a demandé deux paquets de lait et du sucre. Après avoir reçu ces commandes, il a dit au boutiquier qu’il a oublié son argent à la maison. Le commerçant l’a suivi avant d’alerter les médias locaux. C’est ainsi qu’il (le soldat) a payé tout en disant que de toutes les façons, ils (les soldats) sont en train de sacrifier leur vie pour les habitants de Gao».

 Par ailleurs, on nous a signalé que des jeunes venant de Wani (village de l’honorable Mme Chato, dans le cercle de Bourem) ont été ligotés, bastonnés et dépouillés de leur argent par des militaires. «Des jeunes ont vendu leurs bœufs à Wani pour aller à l’exode. Arrivés à Gao, les soldats ont pris les jeunes dans la rue en disant qu’ils se trouvent dans une zone sécurisée. Ils les ont tabassé avant de les dépouiller de leur argent. Ces jeunes ont été conduits à l’hôpital de Gao. Mais les officiers supérieurs ont promis de rembourser l’argent», explique notre source.

 «Deux militaires voulaient prendre de force la moto d’un jeune. Mais les amis de ce jeune ne sont pas laissés faire : ils ont corrigé ces deux soldats», ont relaté des habitants de la ville.

Suite à ces brigandages répétés des soldats, le Colonel Niaman Sangaré  a recommandé aux populations de Gao de ne plus donner un sou aux soldats. Nos sources et des habitants de la ville ont signalé qu’ils sont en train de planifier une révolte générale contre ces mauvaises pratiques des  militaires dans la Cité des Askia. «Désormais, on ne va plus se laisser faire. D’ailleurs, il y a une révolte générale en vue pour protester contre les soldats», ont-ils prévenu.

Oumar Diakité

 

Source: Le Combat

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind