Germanwings : les recherches reprennent, Hollande attendu sur place

germanwings-debrisLes recherches reprennent mercredi matin dans les Alpes, au lendemain du crash de l’Airbus A320 de Germanwings, qui transportait 150 personnes. François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy sont attendus sur les lieux du drame dans la journée.

Les recheches ont repris, mercredi 25 mars, au matin pour tenter de retrouver les corps mais aussi pour enquêter sur les causes du crash de l’Airbus A320 de Germanwings dans les Alpes.

L’avion, qui effectuait la liaison entre Barcelone et Dusseldorf avec à son bord 144 passagers et 6 membres d’équipage, s’est désagrégé dans les montagnes près de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), à environ 2 000 mètres d’altitude, dans une zone en pente très abrupte et difficile d’accès, où les hélicoptères ne peuvent se poser. Plusieurs dizaines de gendarmes ont été héliportés sur place mercredi matin.

Pour l’heure les causes de l’accident restent inconnues. Selon Ségolène Royal, qui était mardi sur les lieux de la catastrophe, « toutes les hypothèses sont envisageables (…) », mais la piste terroriste, n’est pas « privilégiée aujourd’hui ».

Un travail de recherche difficile

Selon le témoignage du médecin chef du SDIS des Alpes-de-Haute-Provence, Frédéric Petitjean, qui était dans la première équipe sur place mardi matin, »le secteur est particulièrement difficile d’accès, très accidenté, composé de marnes, des sables ravinés, particulièrement instable, avec des pentes de 60 à 70 %. Le personnel y est clairement en danger », a-t-il aussi expliqué.

Les débris sont éparpillés sur environ un hectare avec à peine une demi-douzaine de gros éléments, a dit le lieutenant-colonel Jean-Paul Bloy, de la gendarmerie de Hyères (Var). « Cela va être extrêmement compliqué pour relever les éléments sur place. Cela prendra des jours pour dégager d’abord les victimes, puis les débris », a-t-il dit.

Évoquant les circonstances dans lesquelles une des boîtes noires de l’appareil a été retrouvée, quelques heures seulement après la chute de l’avion, le lieutenant-colonel Jean-Marc Ménichini a déclaré qu’elle avait été repérée « en survol, parce qu’elle bipait ». Il faudra « au moins une semaine » pour fouiller l’ensemble de cette zone qui est extrêmement vaste, a-t-il poursuivi.

La boîte noire retrouvée mardi est celle enregistrant tous les sons et conversations du cockpit, selon une source proche de l’enquête, qui explique qu’elle a été endommagée. Elle est en cours d’analyse.

Hollande, Merkel et Rajoy attendus sur place

Par ailleurs, François Hollande a téléphoné à la chancelière allemande Angela Merkel, « bouleversée », qu’il accueillera mercredi sur les lieux de la catastrophe, de même que le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

Le président a également reçu le roi d’Espagne Felipe VI, qui entamait mardi une visite d’État à Paris, finalement annulée en raison de la catastrophe.

Le dernier accident d’importance en territoire métropolitain est l’accident du Concorde d’Air France, le 25 juillet 2000, qui s’était écrasé juste après son décollage de Roissy, tuant 113 personnes.

Pour retrouver un aussi lourd bilan, il faut remonter au 1er décembre 1981 quand un avion d’une compagnie yougoslave avait percuté une montagne près d’Ajaccio (Corse-du-Sud), faisant 180 morts.

Les moyen-courriers A320 sont les plus vendus au monde avec les B737 de Boeing. Sur son site internet, Airbus, qui va envoyer sur place une équipe d’experts, signale qu’un appareil de cette famille d’avions décolle ou atterrit toutes les 2,5 secondes chaque jour.

Avec AFP et Reuters

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge