Grèce: les réfugiés évacués à Thessalonique témoignent

bord d'un busIl ne resterait qu’environ 5 000 réfugiés au camp d’Idomeni. C’est ce qu’a déclaré Giorgos Kyritsis, le porte-parole de l’organe de gestion de la crise migratoire en Grèce. Selon son bureau, au cours de la deuxième journée d’évacuation, ils étaient moins nombreux à partir. Ils étaient environ 1 000, seulement, en fin d’après-midi. Ils sont envoyés dans six camps situés dans d’anciens complexes industriels et un camp avec des tentes. Reportage.

Dans une ancienne tannerie reconvertie, 550 réfugiés sont hébergés, comme Mohaned, un jeune syrien évacué du camp d’Idomeni. Il a été emmené dans cette zone industrielle de Thessalonique en bus. Ce camp, comme pratiquement tous, a un désavantage : « C’est tellement loin de la ville. Si vous voulez aller à Thessalonique maintenant, c’est très difficile ».

Il préfère tout de même largement les conditions de vie ici, à Thessalonique. Il avance une autre raison pour expliquer que le camp d’Idomeni a tenu aussi longtemps : « Les gens sont restés dans le camp d’Idomeni jusque maintenant, car il y a beaucoup de passeurs, explique-t-il.Ils prennent l’argent des gens et en échange ils les emmènent jusqu’en Macédoine, voire en Serbie à Belgrade ».

Mais dans un autre camp, un père de famille kurde de Syrie a une autre explication, plus courante : « Des gens m’ont dit que la frontière allait rouvrir. Je suis resté pour la frontière ! ».

Selon une source de l’organe de gestion de la crise migratoire, le deuxième jour, les bus étaient moins nombreux à partir d’Idomeni, car il s’agit de ne pas encombrer les nouveaux camps, alors qu’ils ne sont pas tous terminés.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge