Gros scandale et pratiques discriminatoires au sein de la Société Mauritanienne pour la Commercialisation du Poisson (SMCP)

(SMCP)La Société Mauritanienne pour la Commercialisation du Poisson (SMCP) est empêtrée aujourd’hui, au même titre que la fédération nationale des pêches, dans l’un des plus grands scandales, révèlent des sources privées au confrèreElwiam.
Les détails du scandale se présentent comme suit : les exportateurs mauritaniens du poisson se sont habitués à l’imputation de leur produit à hauteur de 7%, avec l’observation des critères d’équité, à la fois entre les gros et les petits exportateurs avant la promulgation d’une nouvelle décision doublant ce taux pour atteindre 13%, en s’engageant en faveur de son entrée en vigueur généralisée au début de l’année à tous les exportateurs, gros et petits.
Des consignes non respectées par la SMCP vis-à-vis des petits exportateurs, puisqu’elle a signifié aux gros exportateurs, à travers des interlocuteurs de son administration, d’enregistrer leur production stockée avant l’expiration de la période d’exportation, comme relevant de l’année 2015.
Cette machinerie a eu lieu sans que les petits exportateurs, issus des rangs de la jeunesse, la remarquent, se trouvant ainsi victimes d’imputations injustes très élevées de leur production, inscrite comme étant réalisée en 2016.
Ceci s’effectue au moment où les gros exportateurs voient leur taux imputé de leur production, considérée par escroquerie, comme relevant de l’année 2015.
Les gros exportateurs vers le Japon, bénéficient ainsi de montants considérables quand ils se voient restituer les taux imputés de leur production à la différence des petits exportateurs qui écoulent leurs marchandises limitées en Europe, s’exposent aux pertes, quand les taux les concernant sont doublés.
Ceci sans oublier les compensations accordées à un grand exportateur estimées parfois au total de toutes les sommes imputées de la majorité des jeunes exportateurs.
Cette situation a conduit ces derniers, présents dans la capitale Nouakchott et à Nouadhibou, à protester contre les compensations consenties par la SMCP aux gros exportateurs, et le refus obstiné de faire de même vis-à-vis des petits exportateurs, qu’il était plus judicieux d’exempter, eu égard à la sage politique adoptée par le Premier ministre, en application des directives du Président de la République, basées sur l’encouragement des jeunes, issus de la classe moyenne à participer activement à l’investissement, à créer des opportunités d’emploi, à travers la mise en place d’ institutions efficaces et dynamiques.
En effet, les agissements faits par la direction de la SMCP envers ces jeunes exportateurs des produits de pêche, avec la complicité de la Fédération nationale constituent un scandale, allant en contradiction avec les orientations du PrésidentMohamed Ould Abdel Aziz appelant à encourager les jeunes.
On a le droit de s’interroger dans ce cadre sur les raisons de la partialité de la direction de la société, accusée de clémence avec les gros exportateurs et de fermeté avec les petits exportateurs.
Ne fallait-il pas appliquer la loi à tous au même pied d’égalité sinon d’accorder les compensations appréciables à tous.
Il s’agit d’un ensemble de questions posées par de nombreux jeunes exportateurs vers l’Europe, parmi ceux qui ont décidé d’adresser une plainte au Président de la République, exigeant à travers cette lettre, son intervention, pour leur rendre justice et dans laquelle, ils mettent également à nu les détails de ce scandale qui secoue cette société nationale, la seule du pays, habilitée à commercialiser le poisson.
Ces avis ont été faits par des exportateurs interrogés par l’agence El Wiam qui promet de suivre le sujet avec minutie afin de communiquer davantage d’informations sur ses rebondissements au cours des prochains jours.
Attendez-vous à davantage de développements sur ce scandale sur le site Online Elwiam.

taqadoum.mr

Source : Taqadoum

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge