GUERRE : Accrochages entre des éléments du MUJAO/MNLA et l’armée Nigérienne : Le Chef d’état Major Cheick Oumar Hakka est tombé !!!


La nouvelle a fait le tour de certaines agences de communication internationale, à Gao et Bamako. Selon nos sources, l’accrochage entre d’abord des éléments du MUJAO commandés par son chef d’état Major Cheick Oumar Hakka et des éléments du MNLA a eu lieu mercredi dernier dans l’après midi aux environs de Tessit (côté malien), et se sont transformés en une course poursuite jusqu’en territoire Nigérien.
Là, le Chef d’état Major, trois de ses hommes et des éléments du MNLA seront tous tués par l’armée nigérienne grâce à l’aviation.

Chef d’état major et 3 hommes

Là c’était sans compter sur la détermination de l’armée Nigérienne à combattre tout élément armé non autorisé à fouler son sol. Elle qui est en état d’alerte maximum depuis début janvier lorsque le régime autocratique d’ATT a refusé de donner le moyens à l’armée malienne pour stopper les bandits armés venus de la Libye.

Le bilan est lourd : les éléments contenus dans les quatre « BJ » et du MUJAO (02) et du MNLA (02), ont été tous tués, précisent nos sources. En clair, le Chef d’état Major Général du MUJAO a trouvé la mort dans cette attaque de l’armée Nigérienne entre Tilabéry et Ayerou où ils partaient enlevé des otages européens, précisent nos sources.

Le premier Commando du MUJAO tué…

Les mêmes sources précisent qu’un premier commando du MUJAO était venu à Ayerou en partance pour Tilabéry pour récupérer des otages européens. Là, il y a eu des combats entres Armée Nigérienne et ces éléments du MUJAO. Bilan : un gendarme Nigérien trouve la mort et six éléments du MUJAO également. Un élément du MUJAO a été fait prisonnier et aurait révéler aux militaires qu’ils partaient à Tilabéry pour kidnapper des otages occidentaux qui s y trouvaient.

Ainsi donc, l’aviation Nigérienne sera alertée. C’est fort de cette information que le Chef d’état Major du MUJAO en personne fera le déplacement vers la frontière Nigérienne et plus précisément à Tilabéry (première région du Niger). C’est là où il sera abattu avec trois hauts cadres du MUJAO. N’en parlons pas des éléments du MNLA qui ont été tous tués.

Abdoul Hakim et Abou Zeïd nient la mort de Cheick Oumar Hakka
Interrogé par nos soins, Abdoul Hakim, patron de la sécurité du MJAO ainsi que Abu Zeïd, ont nié l’accrochage. D’ailleurs il a fait un message à Gao que « le Chef d’état Major du MUJAO est en mission et qu’il est saint et sauf » alors que c’est le contraire qui s’est passé : l’homme est tombé sous les balles de l’armée nigérienne.

Il reste à savoir la réaction de la population de Gao en apprenant la mort d’un des chefs les plus aimés de la ville à cause de son sens élevé du respect de l’autre et du droit. Un fils du pays.

Succès de l’opération de l’armée nigérienne grâce à un pays occidental

Pourtant nos sources persistent sur la véracité de la mort du Chef d’état Major du MJAO ainsi que des éléments du MNLA qui étaient venus s’aventurer du côté de Tessit même ceux-ci venaient d’être récemment laminé dans le Gourma jusqu’en territoire du Burkina Faso par le même Cheick Oumar Hakka et ses hommes.

Le bilan de cette opération a été très lourd pour les bandits armés du MNLA qui ont abandonné sur le carreau des dizaines de morts et perdus huit « BJ » qui auraient été remis aux éléments du « Ganda-Izo » à Douentza. Nos sources révèlent que le succès de l’opération de l’armée Nigérienne a été possible grâce aux renseignements des services secrets d’un pays membre de l’OTAN et non le moindre.

Cheick Oumar hakka devrait être remplacé par Abdoul Hakkim…

En tout cas si la mort du Chef d’état Major se confirmait mais qui demeure non confirmé par ses camarades de lutte, ce sera une grande perte pour le MUJAO qui a réussi à affaiblir considérablement le MNLA dont une bonne partie de ses troupes et éléments auraient trouvés refuge au Burkina Faso, ce pays qui est médiateur dans notre crise. Quel paradoxe et une insulte pour le peuple malien ?

Les mêmes sources indiquent que Cheick Oumar Hakka devrait être rapidement remplacé par soit Abdoul Hakim ou Abdhelhamid Abou Zaïd (Chef d’AQMI) pour continuer la traque contre le MNLA et ses affidés car pour eux : le Mali demeure un et indivisible mais avec l’application intégrale de la charia. Aussi, le même Abou Zeïd nous a confié au téléphone : « qu’il n y a pas eu d’accrochage entre leurs éléments et l’armée nigérienne. Ce ne sont pas nos hommes ! », a-t-il dit.

Malgré cette perte énorme, le MNLA ne pourra jamais reconquérir le terrain perdu

En guise de rappel et selon nos sources, il y avait un conflit de chef entre Cheick Oumar Hakka, malien de souche (Tombouctou) et Abdoul Hakim, un Yéménite qui voudrait être le patron du MUJAO à telle enseigne que l’ancien Chef d’état Major avait demandé son départ de la cité des Askia. Donc un conflit latent qui opposait les deux hommes. Aujourd’hui avec la disparition de Cheick Oumar Hakka, ce ne serait pas surprenant de voir Abdoul Hakkim prendre les commandes des Fédayins du MUJAO.

A en croire un spécialiste : « malgré cette perte énorme du MUJAO, le MNLA ne pourra jamais renverser la tendance au nord Mali car, il a perdu la majeure partie de ses chefs de guerre ».

Il reste à savoir ce que feront : « le MUJAO et AQMI après ce coup de massue de l’armée nigérienne qui ne restera pas impunie. Attendons les jours à venir », explique un arabe de Tombouctou très en colère.

S’en prendront-ils aux otages français ?

Bokari Dicko

Source : Mali Demain

Source :Mali Actu

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge