Guerre au Mali : A Diabaly, les islamistes prennent en otage des habitants


- Mali – Bamako le 15 janvier 2013 © koaci.com – Alors que François Hollande martèle courageusement depuis Abou Dabi qu’Il faut tout faire pour »arrêter l’agression terroriste et sécuriser Bamako », la tache de l’armée française sur le terrain serait à cette heure compliquée pour libérer Diabaly, ville à 370 kilomètres au nord de Bamako dans laquelle depuis ce lundi des islamistes se sont repliés. Tout est fait selon Paris pour éviter des dommages collatéraux civils.

En effet les militaires de la force Serval, en action actuellement par la force aérienne, se heurtent à des difficultés. Les terroristes ont investi des habitations et retiennent des familles, tels des boucliers humains, à l’intérieur de ces dernières apprend KOACI.COM de témoignages d’habitants de Diabaly joints ce mardi après midi.

La terreur est semée dans la ville et nombre d’habitants cherchent à s’enfuir plus au sud à Segou ou dans leurs familles à Bamako pour ceux qui le peuvent.

Les pick up sont systématiquement visés par les hélicoptères, les explosions provoquées apeurent les populations comme nous en témoignerons les contacts difficilement joints sur place depuis Bamako.

Les islamistes ont par ailleurs incendié des boutiques après les avoir précédemment pillé.

La « bataille de Diabaly » est toujours en cours, les islamistes ont été bloqués dans leur avancée comme nous le confirmera un officier de l’armée malienne qui, sous couvert d’anonymat, jurent que ces derniers veulent à tout prix arriver à Bamako et s’y déployer comme un »virus invisible ». Ce dernier nous confirmera que grâce aux appuis aériens français, l’armée malienne a progressé lentement de Segou, où elle s’était repliée, en direction de Diabaly.

L’armée française quant à elle déployé un arsenal blindé venu d’Abidjan, qui a depuis la fin d’après midi quitté Bamako en direction du nord de la capitale.

Tout indique qu’au sol, l’armée malienne et l’armée française tenteraient de prendre en tenaille la petite ville située dans le cercle de Niono qui fait office à cette heure de camp retranché islamiste. Ils y seraient près de 200 actuellement et dans la grande majorité de type « non africains noirs » et des petits groupes arriveraient sporadiquement comme pour gonfler les effectifs.

Le peuple malien dans son grand ensemble, comme constaté, est totalement solidaire de l’action menée par la France pour libérer le pays du terrorisme et la sous région de la menace d’invasion islamiste.

 

Koaci

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge