Guinée : Pour avoir quitté l’islam au profit du christianisme, un jeune lynché sous les ordres de son Père

Guinée1Décidément le vieux El hadjMamadi Keita Rechercher Mamadi Keita n’est pas démocratique, alors pas du tout. Ce père de famille guinéen a ordonné la mis à mort de son fils Sory Keita âgé de 30 ans. Ainsi Sory a été tabassé à mort par des membres de sa famille. La raison est simple le jeune homme a osé abandonner l’islam au profit du christianisme.
Le jeune Keita est né àKouroussa Rechercher Kouroussa , en Guinée dans une famille musulmane. Il a longtemps été un très bon musulman pratiquant. Mais un jour, il a décidé de tout abandonner pour rejoindre le christianisme. Une décision qui n’a pas du tout plu à ses parents. Ainsi, ils ont décidé de lui punir en lui appliquant la Charia.
En effet, la loi musulmane exige à ce qu’un musulman converti en d’autre religion, soit exécuté.
Le père de Sory Keita, M. El hadjMamadi Keita Rechercher Mamadi Keita ordonne à son fils aînéSékou Keita Rechercher Sékou Keita de mettre en place une stratégie consistant en mettre fin la vie de son fils Sory. Le 11 Octobre 2015, Sekou regroupe des jeunes de sa famille, part avec eux à la recherche du Jeune Sory. Ils l’ont attrapé et tabassé à mort. Ils ont ensuite laissé le corps sans vie à l’endroit du crime. Mais le lendemain matin, le corps n’était plus là.
 » Le coran condamne explicitement dans la sourate 4 l’apostasie qui viendrait à suivre une conversion, mais semble laisser pour les autres ce soin à Dieu seul.
Il n’existe pas de définitions et d’attitudes punitives homogènes à travers le monde musulman : on trouve ainsi de grandes différences selon les orientations politiques et les époques.
Les légistes classiques (madhhab) considèrent qu’un apostat masculin doit être exécuté mais lui laissent un délai de réflexion de trois jours alors que pour la femme apostat, selon certains oulémas hanéfites, la sentence prévue est la prison à vie mais une libération est possible si elle décide de retourner à l’islam.
Ces légistes se fondent essentiellement sur un hadith d’Ibn Abbâs dans lequel il rapporte que le prophète de l’islam, Mahomet, aurait dit : « Quiconque change sa religion, tuez-le. ». Ces propos seraient rapportés par al-Boukhari, 6411 mais pas par Muslim ».

Source:  koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge