Habib Vall O Bih intronisé chef de la fraction tribale des « Zmarigs » à Waboundé/Boghé [PhotoReportage]

waboubde_intronisation2Elfoutiyou – Waboundé, est une localité située à une dizaine de Kilomètres de Boghé et peuplé de 3000 âmes environ. L’agriculture et l’élevage sont les principales activités de sa population.

Le dimanche 10 mai 2015, l’histoire retiendra dans ses annales, cette journée d’intronisation mémorable de Habib Vall O Bih, la soixantaine révolu, comme chef des Zmarig, une fraction tribale de l’ensemble Idieydjbe, l’une des tribus dominantes de la région du Brakna.

C’est vers 17 H 20 mn que le personnage du jour, Habib Fall O Bih O Bih O Amoyjnatt, employé municipal à la commune de Boghé, taille élancée, regard perçant, vêtu d’un boubou bleu blanc et d’une chemise bleu marine, un long bonnet blanc sur la tête, fit son apparition au milieu d’une foule immense de notables, de jeunes et de femmes en compagnie de son groupe d’âge baptisé « Ansaar ».

La cérémonie a débuté par des versets de coran lu par Habib O Blal suivi du discours d’intronisation lu par Mohamed El Moustapha O Blal qui a souhaité la bienvenue aux invités venu d’Aleg, de Bababé, de Boghé et ses environs, de Darel Barka, de Ould Birome, de Darel Avia, de Walaldé au Sénégal, de Wothie et de Nouakchott.

Les Zmarig par la voix de Mohamed El Moustapha O Blal ont rendu un vibrant hommage à Bih O Bih O Amoyjnatt, le défunt chef des Zmarig et vanté ses qualités morales exceptionnelles faites de piété, d’honnêteté, de droiture et d’ouverture vers les autres selon les propres expressions utilisées dans ce discours.

L’ombre de Bih qui constitue une référence dans la Jemaa des Zmarigs a plané longtemps sur cette cérémonie. Et les membres de cette tribu souhaitent vivement que le successeur de Bih, suive les traces du défunt chef, c’est-à-dire celles de son propre père. Le tout sous le regard bienveillant de Mohamed Salem O Sidi, maître de la cérémonie qui a affirmé que Habib Vall ressemble en substance à son père et il a demandé au nouveau chef de continuer sur les traces de son père qui n’a jamais accepté les trahisons malgré les pressions qui ont toujours été exercées sur lui par des politiciens.

Bih, est toujours resté fidèle à cette ligne de conduite sans dévier une seule fois a conclu Mohamed Salem O Sidi. L’évocation du nom de Bih a fait pleurer certaines personnes présentes sous les tentes. Cérémonie dont le déroulement était ponctuée par des coups de fusiliers, des chants et des danses traditionnelles.

Pour une organisation aussi réussie, les Zmarigs n’ont pas lésiné sur les moyens. Une enveloppe de 4 millions d’ouguiyas a été dépensée pour la nourriture des invités. Enveloppe rassemblée grâce à des cotisations provenant de chacune des familles de la fraction tribale sans compter les dons offerts par de bonnes volontés. Les interventions ont été limitées au strict minimum pour éviter des débordements ou la récupération politique de l’évènement. Car, il y’avait une forte présence des dinosaures politiques de la région.

On peut citer entre autres (Sid’Amin O Ahmed Challa, conseiller à la primature, Cheikh Sid’El Moctar O Cheîkh Abdallahi, Mohamed Mahmoud O Aghrabatt, Bouh O Abdel Ghadre, Sidi O Yowme, ex-diplomate, Mohamed Mahmoud O Haîballa maire d’Agchorguitt et proche de l’ADG de la SNIM, Mohamed O Jahloul (fédéral de l’UPR) qui appartiennent tous à la tribu Idieydjbé, le général à la retraite, Dia Adama Oumar, Adama Moussa Bâ, DGA de la SONADER et ancien maire de Boghé, Aliou Lam 1er adjoint au maire de Boghé, Bâ Alassane Adama, responsable de la section UPR de Boghé).

Il y’avait aussi les représentants des chefs coutumiers et des familles maraboutiques. Mohamed O Ahmedou représentant de la tribu des Ould Abdallah, Ismail O Mohamed lchfagha, représentant de la Jemaa de Bled Teyib dirigée par Seyidi O Mohamed Abdallahi, le Khalife de la famille maraboutique Mahfouth O Cheikh El Ghadi, la délégation représentant Farba Walaldé.


Source: Cridem

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge