Hier à Nouakchott plage, des mauresques en voilekini…

modestia-4Le voile de la  mauresque, censé couvrir le corps, ne pas le montrer, est à l’origine surtout un vêtement de suggestion… De nos jours en ville, sans vent, juste pour aller de la voiture à un bâtiment ou circuler entre 4 murs, onne se rend plus compte de ce qu’est le voile, la meulehfa, dans son milieu naturel, c’est à dire le désert…
Dans son milieu naturel, en plein air, le voile peut devenir un vêtement moulant qui ne laisse rien perdre des formes féminines. Ainsi, le boubou de près ou de loin peut voir le corps entièrement. Jadis les femmes étaient surtout habillées de voiles noirs, si on en croit les photos et les vidéos ce qui étouffe le jeu des ombres qui donnent à la forme tout son volume mais de profil ou de près cela ne retire rien à l’expression moulante de la chose. Le boubou peut donc de son turban jeter un œil perçant à la dérobée…
Aujourd’hui les mauresques portent des voiles bien plus clairs et fins s’ils ne sont pas d’une transparence équilibrée… A la plage à la moindre brise marine, la démarche se fait de gré ou par la force du climat, complice de la chaste élégance qu’un œil averti pourrait prendre pour un défilé desensualité.
Imaginez alors ce qui arrive quand la mauresque bien faite décide, comme je l’ai vu hier, prendre un bain au bord de l’eau avec une copine. Là, ça devient autre chose qui n’a rien à envier au tee-shirt mouillé digne d’un topless. C’est plus expressif qu’un burkini car le burkini est dans une matière destinée à l’eau alors que le voile de la mauresque en coton absorbe l’eau comme une fine éponge et colle à la peau. 
Je voulais aller prendre une photo puis j’ai regardé ailleurs car j’étais occupé à un jeu avec un enfant.
Tout ça pour dire que ceux qui pensent que le voile est un objet oppressant pour les femmes n’ont pas tout compris. Bien sûr que pour une femme c’est certainement assez fatiguant de devoir toujours avoir ce tissu qui ne permet pas tous les mouvements et dès qu’elles peuvent, elles s’en débarrassent surtout à l’étranger où on peut goûter l’anonymat. Cela dit ce voile est aussi un accessoire de féminité du meilleur goût.

Une pensée donc à ce qui passe en France actuellement à propos du Burkini notamment cette photo qui a fait le tour du monde. Pauvre France. Pauvres français, les voilà bientôt aussi détestés dans le monde arabo-musulman que les américains impliqués dans toutes les guerres dans ce monde et alliés inconditionnels d’Israël.

Ceux qui voulaient salir l’image de la France dans le monde arabo-musulman ont réussi… Le voile en temps de criseéconomique et politique c’est un vaste programme de diversion…
En plus, la France devient ridicule en occident où la presse étrangère moque son délire face au burkini et le voile en général. Voir ce que rapporte Le Monde :
«  En réaction, dans la journée du 24 août, le hashtag #WTFFrance pour « What the fuck France ? » (« Qu’est-ce que vous foutez la France ? ») était en tête des mots-clés discutés sur Twitter. Les commentaires pleuvent, dénonçant « des images indignes » et ironisant sur cet incident survenu au « pays des droits de l’homme ». La militante Caroline de Haas tweete : « J’ai tellement honte. »

Chez les Anglo-Saxons, l’incompréhension est de plus en plus grande. Déjà lors de la publication des premiers arrêtés, la presse internationale s’était indignée ou avait ironisé sur la polémique française : « C’est cela la laïcité ? C’est à ça que ça ressemble, d’être “libéral” ? Des hommes qui forcent des femmes à se déshabiller ? », se demande une journaliste de Buzzfeed.
 
Pour les Anglo-Saxons, l’interdiction d’un vêtement au nom de la laïcité n’a aucun sens, dans un modèle social où, au nom de la liberté individuelle, les vêtements religieux sont autorisés partout. Le New York Times titrait la semaine dernière sur la « bigoterie française », ironisant sur l’hypocrisie des « arguments variables » pour justifier l’interdiction, « le trouble à l’ordre public, l’hygiène, la sécurité et la morale », vue comme une « raison de plus de stigmatiser et de marginaliser les musulmans de France ».
 
Devant les images de cette femme enlevant une tunique sous les yeux de quatre policiers, certains s’étonnent qu’il existe désormais une sorte de « police des mœurs » qui oblige les uns ou les autres à adopter tel ou tel vêtement. L’expression « tenue (…) respectueuse des bonnes mœurs » figure en effet dans l’arrêté cannois, validé le 13 août par le tribunal administratif de Nice. »
Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge