Hommage à Lemrabett Sidi Mahmoud Ould Cheikh Ahmed De ma première à ma dernière rencontre avec lui.

_1(1)C’est en 1976 que je fis connaissance de Lemrabett Sidi Mahmoud Ould Cheikh Ahmed. Il était élève dans les années terminales du Lycée et moi déjà fonctionnaire, comptable de l’Institut pédagogique national que dirigeait à l’époque son beau frère, feu Baba Ould Mohamed Abdallahi. Lemrabett poursuivra ses études à l’Ecole nationale d’administration, cycle A long, filière Administrateur civil. Dès sa sortie, il fut nommé Directeur des Affaires politiques au Ministère de l’Intérieur. Il était alors le premier, parmi sa promotion, à accéder à ce niveau de responsabilité.

Rapidement, il franchit les échelons de la hiérarchie administrative : Secrétaire général du ministère de l’Intérieur, du ministère des Pêches, du ministère chargé du Contrôle d’Etat où nous avions travaillé ensemble, lui Secrétaire général et moi Contrôleur d’Etat, sans oublier le poste de Directeur général de la Pharmarim. Par la suite, il passera ministre et dirigera plusieurs départements, les uns après les autres, notamment l’Industrie, les Finances, l’Intérieur, la Justice, l’Education nationale, les Affaires étrangères. Vous pouvez remarquer que l’intéressé a ainsi dirigé tous les grands ministères dits de souveraineté. Fait rarissime et preuve d’un sens élevé de l’Etat et de la responsabilité publique. Il occupera également les postes de Commissaire à la Sécurité alimentaire, de Directeur général de la CNSSS et de Directeur de l’Ecole nationale d’Administration, de magistrature et de journalisme. A côté de cette fulgurante carrière de commis dévoué de l’Etat, Lemrabett mènera un parcours politique tout aussi brillant. En 1991, il fut choisi pour faire partie de la Direction provisoire du PRDS, appelée groupe des 17. Il en était le Benjamin, mais déjà l’homme des missions difficiles. Aux côtés de Dieng Boubou Farba, avec qui il partageait une solide amitié, il eut la lourde mission de superviser les premières investitures du parti dans les Wilaya du Brakna et du Trarza. Je n’oublierai pas, non plus dans ce chapitre, le rôle qu’il joua dans la préparation de notre premier meeting populaire à Nouadhibou. Lemrabett, en effet, beaucoup disaient de lui qu’il était devenu mûr avant l’heure. Ne dit-on pas qu’aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ? Signe de cette maturité précoce, il était lié d’amitié à des personnes toutes plus âgées que lui. Je peux en citer feu Mohameden Ould Sidi Brahim, feu Sidna Ould Cheikh Talib bouya, Mohamed Ghnahallah, feu Moustapha Ould Yahya, Dieng Boubou Farba et bien d’autres. Depuis que je l’ai connu, il est resté le même : courtois, attentif, élégant, toujours bien habillé, arborant le même sourire. Notre dernière rencontre remonte au 26 février 2015, dans la salle d’attente du Président de la République. En se donnant l’accolade comme à l’accoutumée, je lui murmure à l’oreille « Lemrabett Sidi Mahmoud Ould Cheikh Ahmed » à la manière dont aiment l’entonner les populations de Bden quand elles l’accueillent, il me répond comme à chaque fois par « Boydiel Sidi Mahmoud Ould Cheikh Ahmed », sa façon à lui de dire que nous sommes, plus que des amis, des frères. Et cela ne s’est jamais démenti ! Combien de fois il s’est rendu à Bden, mon village natal, ou à Lebeired chez l’Emir Ahmed Salem Ould Hbib ? Combien de fois nous lui avons rendu visite à Timbedra où il nous accueillait avec la même constance, la même hospitalité ? Lemrabett était un homme de relations. Il en avait de solides en Mauritanie, mais aussi avec des personnalités étrangères, des ministres au Sénégal, en France et même des Chefs d’Etat. Sa perte n’est pas seulement pour sa famille, sa région. C’est une perte pour toute la Mauritanie, dans sa diversité. En cette douloureuse occasion, je m’associe à tous les Mauritaniens pour présenter, en mon nom personnel, au nom de ma famille, ainsi qu’au nom du parti El Wiam, mes condoléances les plus attristées à sa famille, à ses frères et à ses amis. Qu’Allah l’Accueille en Son Saint Paradis. WA INNA LILLAHI WA INNA ILEYHI RAJIOUNE

Boydiel Ould Houmeid

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge