Hommage à Nelson Mandela : les temps forts de la cérémonie en cinq vidéos

Mandela de 1918-2013

D’abord il y eut la pluie. Battante. Un signe de chance selon les Sud-Africains. Puis les chants et les danses, bien avant le début de la cérémonie.

D’une tribune à l’autre du soccer city stadium, les chants déjà se répondaient, faisant tour à tour onduler, trépigner en rythme (« toyi-toyi ») les participants sur les gradins supérieurs, les tribunes du bas devenant une mer arc-en-ciel de parapluies, sous le crachin incessant, si inhabituel en cette saison sud-africaine.

Puis vint la clameur de l’hymne national, les prières et les discours en présence de chefs d’Etat du monde entier. Cette ferveur, ces chants, la présence aussi des couleurs ou tee-shirts du Congrès National Africain (ANC), ou le discret encadrement des groupes arrivant au stade, rappelait les plus grands meetings électoraux, à une échelle supérieure encore.

Atmosphère adéquate pour un hommage à celui qui clama toujours sa loyauté au parti, affirmant qu’il « mourrait membre de l’ANC« .

Mais au-delà des militants, au sein d’une foule multiraciale, très majoritairement noire, c’est un merci collectif, ou individuel, que jeunes et vieux Sud-Africains venaient dire et chanter. Seule fausse note, étrange : le stade pouvait accueillir 80.000 persones mais les tribunes sont restées clairsemées, seulement deux tiers des sièges étaient occupés.

Retrouvez les temps forts de l’hommage à Madiba en cinq vidéos :

L’hymne national « Que dieu bénisse l’Afrique » ouvre la cérémonie

Après l’arrivée des chefs d’Etat la cérémonie débute avec près d’une heure de retard. Malgré la pluie battante et les sièges vides dans le public, l’ambiance est festive. L’hymne national « Que dieu bénisse l’Afrique«  est repris en chœur par la foule.

« Viva Tata Madiba »

Après les prières interconfessionnelles une chanteuse commence a entonner le célèbre chant « Viva tata Madiba« . Un couplet repris encore une fois par les quelques 40.000 personnes réunies dans les tribunes du stade Soccer city de Soweto.

Poignée de main historique entre Barack Obama et Raul Castro

Avant son discours, Barack Obama s’est avancé dans la tribune des chefs d’Etat et a serré la main de Raul Castro. Les dirigeants américains et cubains se sont adressés quelques mots, affichant un visage détendu. Une première entre les deux nations depuis 13 ans et une autre poignée entre Bill Clinton et Fidel Castro à New York en 2000.

Pour un responsable américain cité par l’AFP, la poignée de mains du soccer city stadium ouvre la voie à un apaisement des tensions entre les deux pays, qui ont officiellement rompus leurs liens diplomatiques depuis 1959 et l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro.

Barack Obama fustige « les dirigeants qui se disent solidaires de Mandela » mais ne tolèrent pas leur propre opposition

Le discours de Barack Obama a duré une vingtaine de minutes, pendant lesquelles il a salué le combat de Nelson Mandela pour l’égalité. Le président américain a aussi critiqué « les dirigeants qui se disent solidaires du combat de Nelson Mandela pour la liberté mais ne tolèrent pas d’opposition de leur propre peuple ».

Un sous-entendu dirigé vers le vice-président chinois qui s’exprimera aussi à cette tribune. Ce mardi Pékin a rejeté l’appel du secrétaire d’Etat américain John Kerry à libérer le prix Nobel de la paix Liu Xiaobo.

Le président sud-africain Jacob Zuma hué par le public

Jacob Zuma a été hué par une partie du public avant sa prise de parole. Le président sud-africain est de moins en moins populaire. Selon des analystes il est crédité de 5% des voix pour le prochain scrutin qui aura lieu en octobre 2014. Au moment de sa prise de parole une partie du public, qui faisait visiblement partie de l’opposition, a quitté les tribunes du stade Soccer City.

Humiliation suprême pour Jacob Zuma, au pouvoir depuis 2009, la fanfare présente dans les tribunes a dû jouer un morceau de musique pour faire taire les huées avant que le président sud-africain, déjà sifflé à son arrivée au stade, ne puisse prendre la parole.

Edité par Mélanie Longuet

Source : LCI-TF1

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge