Incroyable : Dedew plaide coupable mais le ministère de l’intérieur refuse !

mikey
C’est à peu près le singulier résultat juridique de la volte-face de l’Etat qui plaide désormais l’apaisement. Il a fallu réfléchir longtemps pour comprendre à partir du charabia présenté par l’Agence Mauritanienne d’Information à propos de l’ONG dissoute « Al Moustakbal ».  Pourquoi Dedew ce matin dans une interview accordée à un journal Koweitien est allé crier haut et fort qu’il est bien le président fondateur de cette ONG pour la culture, l’éducation, la science et la prêche ainsi que toutes les organisations affiliées ? On le comprendra aujourd’hui grâce à l’enquête de l’AMI qui a contacté le ministère de l’intérieur.Ainsi, dès hier le député de tawassoul Mohamed Mahmoud Ould Seyidi, par ailleurs dit-on leader d’une cellule des frères musulmans, s’est adressé aux médias en tant que secrétaire général de l’ONG fermée Al Moustakbal. Apparemment le ministère de l’intérieur a découvert, certainement après coup, qu’officiellement il n’y a aucune trace légale de ce député qui se dit secrétaire général ni de Dedew dans le récépissé accordé par le ministère. Ainsi pour l’Etat, ce député est un secrétaire général fantôme de même que le président Dedew.

Mais ce n’est pas tout. Comme le dit l’AMI, en plus il n’y aurait aucune mention du mot « prêche » dans les statuts fondateurs de l’ONG, c’est ce qui a motivé sa fermeture si on en croit la suite de l’article de l’AMI qui énumère les raisons pour lesquelles l’Etat peut dissoudre une association notamment quand elle participe à des manifestations menaçant l’ordre public. Ainsi si le ministère dissout l’ONG c’est qu’il estime qu’elle est mouillée dans les dernières émeutes.

C’est là le plus incroyable car pendant que le ministère dit qu’il n’y a aucun rapport entre elle et le député de Tawassoul qui se dit secrétaire général ni entre elle et Dedew, les deux crient haut et fort qu’ils sont responsables ! C’est ce qu’a dit Dedew dans l’entretien avec le canard Koweitien où il affirme qu’il est président et membre fondateur de cette ONG qui a pour but aussi le prêche !

Ainsi pendant que l’Etat fait tout pour leur éviter une convocation à la justice pour répondre de leur responsabilité de patron d’une ONG dissoute car mouillée dans des émeutes qui firent un mort, pendant ce temps le député dit «  je suis le secrétaire général » et Dedew crie «  je suis le président et membre fondateur ».

C’est incroyable.

Or si le député de Tawassoul est le secrétaire général de l’ONG et si l’ONG est mouillée dans les émeutes selon l’Etat alors Tawassoul est mouillé dans les émeutes et si Tawassoul est mouillé dans les émeutes alors les accusations d’avoir fomenté l’affaire du coran, telles qu’elle furent lancées par le ministre de la communication, touchent désormais sans mystère Tawassoul de l’aveu de l’enquête de l’AMI qui explique pourquoi l’ONG fut dissoute et de l’aveu du député d’être toujours secrétaire général sans parler de Dedew.

Ainsi cette affaire d’ONG censée noyer l’affreuse affaire du coran déchiré y ramène tout droit car un coup du sort.

Ce n’est pas fini. Pendant que l’Etat joue ainsi l’apaisement et veut noyer la tempête, serait envoyé ambassadeur en Arabie Saoudite, l’ancien patron de l’UPR, qu’on dit un ancien des frères musulmans or quitte-on jamais la confrérie ? Aussi certains se demandent si ce n’est pas une nomination empoissonnée car l’Arabie peut refuser de le recevoir vu sa guerre contre tout ce qui touche de près ou de loin les frères. Mais il ne s’agit que de suppositions. Cela dit ce n’est pas étonnant qu’Aziz cherche ainsi à noyer un autre poisson car il n’aime pas trop être présenté comme faisant de la politique intérieure en fonction d’une tutelle étrangère même si la survie l’oblige à cela. Ceci expliquant cela…

———————-
«
Le ministère de l’Intérieur dissout l’Assiociation « Al Moustakbal »

Nouakchott,  09/03/2014  –  Le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a annoncé, récemment, la dissolution de l’Association « Al Moustakbal » pour la Culture et l’Enseignement.

Cette décision basée sur la loi N° 098/64 organisant les associations a suscité un grand amalgame au sein de l’opinion publique, en raison des mauvaises interprétations qui se sont produites tout au long de la colportation de cette information.

Pour lever cette équivoque, l’Agence Mauritanienne d’Information (AMI) a contacté les sources concernées qui lui ont livré les informations suivantes:

Premièrement: Le récipissé n°159 en date du 21 janvier 2008 a été délivré à l’association sur la base d’un procès-verbal qu’elle a présenté au ministère de l’Intérieur le 16/10/2005, au nom de l’Association « Al Moustakbal » pour la Culture et l’Enseignement. Le terme « prêche » n’apparaît nulle part ni dans le procès-verbal ni dans les objectifs de l’Association.

Le procès -verbal en question définit exclusivement les objectifs de l’Association comme suit:

 » L’animation de la scène nationale au service du développement humain, la contribution à l’essor national et à la stabilité du pays ».

Deuxièmement: la formation de l’instance exécutive de cette association a été évoquée dans le procès-verbal comme suit:

Président: Ismail Ould Moussa

Secrétaire Général: Khattry Ould Babah

Trésorier: Salem Ould Mohamed Lemine.

Jusqu’ici, le Ministère de l’Intérieur n’a été informé d’aucun changement au niveau de la Direction de l’Association précitée comme cela est stipulé par la loi n° 098/64 en son article 14.

Et par conséquent, il n’existe aucune relation légale entre l’Association « Al Moustakbal » pour la Culture et l’Enseignement et Cheikh Mohamed El Hacen Ould Deddew d’une part, et non plus aucune relation entre elle et Monsieur Mohamed Mahmoud Ould Seyidi qui s’est adressé aux médias en tant que secrétaire général d’Al moustakbal.
Il est à noter que la Loi N° 098/64 modifiée par la loi N° 007 en date du 23 janvier 1973 stipule en son article 4 (nouveau) que sont dissoutes, par arrêté motivé du Ministre de l’Intérieur, les associations:

1- qui suscitent des manifestations armées et non armées menaçant l’ordre et la sécurité publics dans le but de porter atteinte à l’intérêt public;

2- qui reçoivent des fonds de l’extérieur dans le but de porter atteinte à l’intérêt public;

3- qui sont hors des organismes reconnus officiellement et représentent, de par leur forme, le caractère de groupes de combat ou de milices privées;

4- qui véhiculent une propagande hostile à la Nation ou qui pourraient attenter à l’intégrité territoriale ou qui chercherient à changer, par la force, la nature républicaine du Gouvernement.

Dans le même cadre, les sources contactées par l’AMI ont précisé qu’aucune association de bienfaisance n’a été dissoute mais qu’elles ont été engagées à travailler sous la tutelle des départements concernés par leurs activités, comme cela est d’usage.

http://www.ami.mr/fr/index.php?page=Depeche&id_depeche=25769 »

Source : Vlane

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge