URGENT : Karim Wade et Cie envoyés à Rebeuss à 23h 40mn

Karim Wade, Bibo Bourgi, Pape Mamadou Pouye, Pierre Agboba, Mbaye Ndiaye, Omar Diallo dit Cheikh, Alioune Samba Diassé et Alioune Konaré Karim Wade à la gendarmerieont été conduits à 23 heures 40 minutes à la prison centrale de Rebeuss.

L’ancien ministre d’Etat a été inculpé par la Commission d’instruction d’enrichissement illicite et les autres pour complicité d’enrichissement illicite avant d’être placés sous mandat de dépôt.

 POUR JEUNE AFRIQUE

Après 48 heures de garde à vue, Karim Wade a finalement été inculpé, mercredi 17 avril, pour enrichissement illicite. Il a été aussitôt placé sous mandat de dépôt et incarcéré à Dakar.

Mis à jour le 18/04 à 07h25.

C’est l’un de ses avocats, Me El Hadji Amadou Sall, qui l’a affirmé à l’AFP, mercredi 17 avril en fin de journée, au Sénégal. « Karim Wade vient d’être inculpé pour enrichissement illicite et placé sous mandat de dépôt ». Le fils et ancien ministre de l’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, venait d’être présenté devant la commission d’instruction de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), une juridiction spéciale réactivée par le président Macky Sall.

>> À lire : karim Wade conteste 98% du patrimoine qui lui est imputé

Karim Wade, accusé d’être en possession illicite de biens d’une valeur de 1,05 milliard d’euros – ce qu’il conteste vigoureusement -, a donc passé sa première nuit dans la prison de Rebeuss, située dans le centre-ville de la capitale, en bordure de mer. Il était déjà en garde à vue depuis 48 heures dans une gendarmerie de Dakar. Ses avocats dénoncent une procédure purement politique, visant à toucher l’ancien président, son père, couvert par l’immunité.

>> À lire : « Les Wade, une famille décomposée »

« Ingénierie financière »

Karim Wade avait été mis en demeure le 15 mars, après une audition par la CREI, de justifier dans un délai d’un mois de l’origine de ses avoirs qui lui sont imputés (sociétés, voitures, propriétés immobilières, comptes bancaires). Mais le dossier justificatif présenté lundi par sa défense n’a pas « convaincu » le procureur de la CREI Alioune Ndao, dont l’adjoint avait expliqué que l’enquête avait mis au jour une « véritable ingénierie financière »mise en oeuvre par l’accusé.

Selon la loi sénégalaise sur l’enrichissement illicite, « l’instruction du dossier ne peut excéder six mois ». Quant aux avocats de Karim Wade, ils ont dénoncé mercredi, avant l’inculpation de leur client, une violation de la procédure, estimant que « le dossier devait être classé », selon Me Ciré Clédor Ly. « La loi ne dit nulle part (que le procureur spécial) peut mettre (Karim Wade) aux arrêts après la mise en demeure » d’un mois, a-t-il dit.

Manque de « loyauté »

Pour lui, la CREI n’avait pas été « loyale » en confiant l’enquête préliminaire à une structure qui n’est « pas compétente et où il n’y avait que des gendarmes », alors que la loi dit que cette enquête doit être aussi menée par « une brigade spéciale composée de représentants des ministères de l’Economie et des finances, de l’Intérieur et de la Justice ».

Il affirme par ailleurs que des pièces du dossier d’accusation « n’ont pas été mises à disposition » des avocats par le procureur qui a également, selon lui, illégalement « contourné la Haute cour de justice » (chargée de juger les anciens ministres pour des faits commis dans l’exercice de leurs fonctions), au profit de la commission d’instruction de la CREI pour juger Karim Wade.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind