Inde : une deuxième tête retirée du ventre d’un bébé

Une petite fille est née en Inde avec une tête attachée au niveau de l’abdomen et une troisième main reliée au thorax. Un cas médical rarissime que l’on appelle fœtus in foetu, rapporté par le journal anglo-saxon Daily Mail.

C’est un phénomène décrit pour la première fois au XVIIe siècle. À l’origine d’un foetus in foetu, on retrouve toujours une grossesse gémellaire monozygote, c’est-à-dire issue d’un seul œuf. Normalement, dès le troisième jour, l’œuf se divise en deux, pour donner deux foetus. Mais l’anomalie survient lorsqu’au-delà du dixième jour après la fécondation, la division de l’œuf est incomplète. « Et là, ce qui aurait dû donner un fœtus, ou quelquefois qui va jusqu’à un stade de petit embryon, se retrouve encapsulé dans le corps du co-jumeau qui se développe normalement et vous pouvez trouver absolument tous les stades de développement d’un embryon jusqu’à une partie d’un fœtus à terme », explique le Pr Yves Ville, chirurgien prénatal à l’hôpital Necker-Enfants Malades (AP-HP).

Jumeau parasite

C’est le cas de cette petite fille indienne, dont la tête et un bras d’un jumeau « parasite » se sont retrouvés inclus dans l’abdomen. Une malformation dont on ignore l’origine, mais que l’on décèle normalement au cours des échographies prénatales et qui s’opère facilement. « Quel que soit le degré de développement, qui peut parfois presque aller jusqu’au développement d’un embryon complet ou d’un fœtus complet, ce jumeau « parasite » n’a jamais été viable puisqu’il est quasiment momifié et encapsulé dans le corps d’un individu et donc il n’y a de développement possible », détaille le Pr Yves Ville.

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

La petite fille indienne a été opérée le 26 avril dans un hôpital de Jaipur. Au terme d’une opération de plus de quatre heures, les chirurgiens sont parvenus à séparer la deuxième tête de l’abdomen et sectionner la troisième main.

data-cke-saved-src=

Les cas de fœtus in foetu, sont exceptionnels. Cette anomalie congénitale ne concerne qu’un nouveau né sur 500.000 dans le monde.

Seneweb.com

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind