INSOLITE: Un responsable de Wartsila (constructeur de la centrale de Nouakchott) condamné pour corruption au Kénya

reunion  entre staff somelec et wasilaAlors que l’opacité totale a enveloppé le choix par la commission départementale de la Somelec pour l’attribution du marché de la centrale duale de Nouakchott (CDN) au constructeur finlandais Wartsila, des révélations faites en Finlande font peser de lourdes charges de pratiques de corruption contre cette entreprise, tient-on de source de nos confrères finlandais.

 Des enquêtes sur des pots-de-vins et de dessous de table, menées récemment contre cette société finlandaise, soupçonnée de pratiques douteuses pour l’accès aux grands travaux des marchés publics en Afrique, ont ainsi abouti à des condamnations en mars 2013 de certains de ses responsables.

C’est le cas pour l’un de ses directeurs condamnés par la Justice finlandaise pour cas avérés de corruption au Kénya. Wartsila avait été également épinglée en 2012 dans le cadre du rapport Transparency international « Export de la Corruption ».

Contactée par des confrères finlandais, pour le contact de ses partenaires éventuels en Mauritanie, la société finlandaise Wartsila dont le siège pour l’Afrique de l’Ouest, est basé à Dakar, et qui s’est vue adjugée, dans des circonstances sombres le marché de la centrale duale de Nouakchott (CDN), s’est refusée donner leurs noms et à communiquer leurs adresses.

On se rappelle que l’attribution du marché de construction de la CDN accordé à Wartsila par la commission départementale de la Somelec, présidée par son directeur général, Ahmed Salem Ould Béchir, devait être soumis à la commission nationale des marchés publics, suite à la réformes visant plus de transparence. Cela n’a jamais eu lieu malgré la mise en place d’une commission spéciale pour de tels marchés.

Mieux encore, après une présélection par la commission de la Somelec dont l’évaluation technique a mis de côté des concurrents sérieux, le marché qui aurait du également être adjugé à la société la moins disante, à l’issue de la dernière évaluation financière, avait été « offert » à cette société finlandaise aujourd’hui dans les troubles de la corruption.

Elle a obtenu ce marché pour un montant de 153, 8 millions d’euros. Une trentaine de millions d’euros de plus que la moins disante des entreprises restées en course pour l’évaluation financière. les deux autres concurrents China Nationale Machinerie et TSK (espagnole) proposaient respectivement, en effet, 139 millions Usd et 125.8 millions d’euros pour la construction de la même usine.

Toujours est-il que, selon les observateurs, des suspicions graves de corruption active continuent de peser de tout leur poids sur Wartsila dans cette affaire où un proche du président Aziz y a été cité comme intermédiaire.

Source : Mauriweb

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge