International: Accrochage entre islamistes et population locale au Mali

Des combattants islamistes ont tiré des coups de feu en l’air vendredi à Goundam, dans le nord du Mali, pour disperser des manifestants qui tentaient de les empêcher de se rendre à la grand prière, rapportent des témoins.

L’incident, dans cette ville située à une centaine de kilomètres au sud de Tombouctou, est le dernier accrochage en date entre les islamistes qui contrôlent le nord du Mali et la population locale.

Il a débuté lorsque des miliciens s’affichant comme des gardiens de la moralité ont battu une femme qui ne portait pas de voile, blessant son bébé, précise-t-on de même source. Plusieurs dizaines de jeunes habitants de Goundam ont alors barré l’accès à la mosquée avant que des combattants du groupe islamiste Ansar Dine tirent des coups de feu en l’air pour tenter de les déloger, a confirmé le maire de la localité, Hamadoun Sall.

«Nous ne prierons plus dans la même mosquée que ces bandits islamistes. Ils peuvent partir et prier ailleurs», a expliqué Oumar Moussa, un habitant de la localité. On ignore à ce stade si l’incident a fait des victimes.

Les populations du nord du Mali sont converties à l’islam depuis des siècles, mais n’adhèrent pas pour la plupart à la lecture rigoriste des islamistes armés d’Ansar Dine, qui prônent l’instauration de la charia, la loi islamique.

Reuters

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind