internet et nous

flash back : nous sommes en 1994, lorsque deux étudiants mauritaniens de l’université de lyon, en france, Isselmou ould Dellahy et Ibrahima Bâ, lancent Mauritanie-net, une mailing list, c’était internetle tout premier contact des mauritaniens avec le net

Depuis, d’autres mauritaniens (ou proche de la Mauritanie) ont lancé d’autres mailing-list, voir des sites, qui ont permis à des centaines de mauritaniens de s’exprimer, mais ce système a fini par montrer ses limites, car après tout la liste de diffusion (ou le site) appartient à une personne ou à un groupe de personne, qui ne laissent passer que les idées de leurs proches.

que faire alors quand on est une personne qui as des idées, et qui veux les faire passer directement, sans intermédiaire, et surtout sans avoir attendre l’aval d’un modérateur ?

Dix ans plus tard (en 2004) je lance le premier blog mauritanien, l’avantage du blog est que chacun peut en avoir. En quelques clics on a son propre espace sur la toile, dans lequel on met ce que l’on veut, et on le met à disposition des internautes du monde entier.

Les hommes politiques ont compris l’avantage qu’ils peuvent tirer d’un tel outil, et ne s’en privent pas d’y avoir recours, que ce soit de manière anonyme (j’en ai la preuve), par personnes interposé ou simplement en lançant leurs propre blog.

tardivement donc, les hommes politiques se sont rendu compte de la puissance du phénomène, à savoir que l’information ne va plus du haut vers le bas, mais que c’est le citoyen qui s’appropries l’outil informatif, c’est l’air de la propagande venue d’en bas, ils s’en sont rendu compte et ont voulu accompagné le mouvement, d’abord en venant sur le blog et en participant au débat, de façon anonyme, mais rapidement quelques-uns ont fini par comprendre que, pour tirer le maximum de bénéfice de cet outil, il doivent avoir leurs propres blog.

C’est ainsi que sont né les blogs de Messaoud ould Boulkheir (APP), Kane Hamidou Baba (RFD), même des journalistes (Cheikhna ould Nenni par exemple) se sont joint au mouvement, en lançant leurs propres blog.

Aujourd’hui, chaque internaute mauritanien ou presque possède un ou plusieurs blogs, au même titre que l’adresse mail, chacun donne libre court à ses idées, les partages et les confrontent à celles des autres internautes.

Quel sera la prochaine étape ?

Au moins une piste de réflexion : après les blogs, voici venu le temps des wikis !

Le principe est simple : il s’agit d’une page modifiable par tous les visiteurs, avec ou sans abonnement, de manière restrictive ou non, c’est le modérateur qui décide.

je le voit comme une sorte de who’s who, une liste avec des renvois, qui permet à chacun d’avoir une fiche détaillé des hommes et des femmes qui font l’actualité et l’histoire de la Mauritanie.

Source : X ould Y

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge