INTERVIEW : Mr Kane ambassadeur du Sénégal en Mauritanie

 Mr Kane ambassadeur du Senegal en RIM

 

«Les Mauritaniens vivant au Sénégal vont continuer à circuler librement avec seulement la carte consulaire que leur délivre leur ambassade. Nous rassurons que les Mauritaniens ne sont pas concernés par les visas pour aller au Sénégal».

La Mauritanie et le Sénégal sont deux pays liés par l’histoire, la géographie, la culture et la religion. Deux pays unis par la communauté de destin en dépit de leurs relations qui connaissent parfois une évolution en dents de scie. Depuis un an, le Sénégal a connu un nouveau régime avec le départ de Wade et l’arrivée de Macky Sall au pouvoir le 25 mars 2012 à l’issue du 2ème tour de scrutin. Pays de tradition démocratique comme en témoigne le choix porté sur lui pour faire partie des pays à visiter par le Président Obama, le Sénégal a souvent eu des démêlées avec ses voisins comme la Mauritanie Mais depuis un certain temps, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Pour en avoir le cœur net sur certains points de ces relations, concernant la réciprocité des visas et des informations véhiculées par une certaine presse de manière à nuire les relations entre les deux pays, RIMWEB.NET s’est approché de Son Excellence, Mamadou Kane, Ambassadeur du Sénégal en Mauritanie qui a bien voulu se prêter à ses questions. Entretien.

RIMWEB : Le Sénégal a un nouveau régime depuis plus d’un an maintenant (25 mars 2012). Quelle appréciation faites-vous des relations entre ce nouveau régime et le pouvoir du Président Mohamed Ould Abdel Aziz?

SEM Mamadou Kane : Je voudrais d’abord vous remercier d’avoir bien voulu venir jusqu’à moi pour éclairer les nombreux lecteurs  de votre site que je viens de découvrir. Je vois qu’il est bien organisé et évidemment bien lu. Pour répondre à votre question qui est fort pertinente, je puis vous dire que, depuis l’élection de Son Excellence Monsieur Macky Sall à la magistrature suprême du Sénégal, le 25 mars 2012, évidemment, les relations entre nos deux pays sont revenues à une situation très appréciable. Une situation couronnée par la visite historique des 16 et 17 septembre 2012, du Président Macky Sall en Mauritanie. Cette visite a permis de booster les relations entre les deux pays et de les ramener au beau fixe parce que depuis lors beaucoup de choses ont pu être réalisées dans le domaine bilatéral. A titre d’exemple, on peut citer la commission mixte qui avait tardé à se faire, a pu se tenir en février dernier et dans la foulée, il y a eu des négociations qui ont abouti à des accords très importants, notamment dans le domaine de la pêche. Parce que dans ce domaine, comme vous le savez, les accords étaient au point mort depuis deux ans. Maintenant tout est entré dans l’ordre grâce à cet accord qui a été signé en février 2013. Il y a également un accord aussi très important qui a été signé entre les deux pays dans le domaine de la transhumance et qui permet au cheptel mauritanien d’aller paitre dans les pâturages sénégalais.  Nous savons aussi que la Mauritanie a eu à contribuer de façon très appréciable à la réussite des opérations « Tabaski » si on peut les appeler ainsi et qui consistait à approvisionner le marché sénégalais en petits ruminants pour cette fête de l’Aid El Kebir 2012.

Dans un autre domaine très important, c’est celui de l’énergie où des avancées très significatives ont été obtenues avec l’accord qui a été signé en juillet 2012 entre le ministère de l’Energie du Sénégal et celui du pétrole et des mines de Mauritanie qui fait qu’il y a un partenariat gagnant/gagnant qui a été institué entre les deux pays pour la fourniture de l’électricité du Sénégal. C’est quelque chose très appréciable.

Maintenant, on attend très impatiemment, la visite -et se sera pour très bientôt- du Président Mohamed Ould Abdel Aziz à son ami et frère le Président Macky Sall. Et cela aura lieu dans un avenir très proche inchallah.  C’est dire que les relations entre les deux pays sont au beau fixe. Les deux Chefs d’Etat sont en contact permanent. Ils se rencontrent régulièrement en Afrique et au-delà à chaque fois que l’occasion se présente lors de sommets ou d’autres rencontres. Ils échangent sur des questions importantes pour résoudre au mieux les problèmes qui se posent entre les deux pays.

RIMWEB : Depuis mars 2012, l’Etat mauritanien a institué une carte de séjour pour tous les étrangers vivant sur son sol. Une mesure qui a créé la confusion au sein des communautés étrangères notamment sénégalaise par l’organisation d’une manifestation ici à l’ambassade en guise de protestation. Qu’en est-il aujourd’hui de cette situation?

SEM MK : Disons que la situation a évolué. C’est vrai, il y a eu une incompréhension au départ et les Sénégalais se sont sentis visés par une mesure qui, en réalité, concernait tous les étrangers. C’est vrai que les Sénégalais constituent la plus grande communauté étrangère vivant en Mauritanie. C’est normal parce que nous sommes voisins et les liens historiques et géographiques font que les Sénégalais qui vivent en Mauritanie sont de loin les plus nombreux. C’est la raison pour laquelle, à chaque fois qu’une mesure est prise qui concerne les étrangers, les Sénégalais se sentent particulièrement visés. Mais ils ne sont pas les seuls. C’est le gouvernement mauritanien, souverainement, qui a pris une loi pour instituer une carte de séjour comme il en existe un peu partout. Et les Sénégalais le savent. Ceux qui sont en Côte d’Ivoire, au Gabon, en Angola etc. sont astreints à la carte de séjour. Je ne parle pas de ceux qui sont en Europe. Ceux-là on n’en parle même pas. M’bon, si le gouvernement mauritanien a décidé d’instaurer la carte de séjour pour tous les étrangers, il n’y a pas à s’offusquer. Mais en fait le problème qui s’est posé, ce n’est pas la carte de séjour en tant que telle, mais son coût. Cela se comprend un peu quand on sait que la majorité des Sénégalais qui vivent ici en Mauritanie ont des revenus modestes. Ils sont dans de petits métiers, la pêche, la peinture, la maçonnerie etc. Et quand on leur demande de payer 30.000 ouguiyas c’est-à-dire 50.000Fcfa, l’équivalent d’un salaire, pour eux, cela les inquiète et sont un peu désemparés. C’est ce qui les a amenés à adopter cette attitude parce que pour certains c’est comme si on voulait les chasser de la Mauritanie. Mais en fait ce n’est pas cela véritablement. Nous nous sommes approchés, en rapport avec les ambassadeurs de la Gambie et du Mali tout aussi concernés, des autorités compétentes pour voir comment régler ce problème. Mais on nous a opposé évidemment le coût du matériel nécessaire à la confection des cartes de séjour. Parce que ce sont des cartes numérisées et comme vous le savez, tout ce qui se rapporte aux biométriques, coûte très très cher. Néanmoins, nous allons continuer à solliciter mais nous avons quand même aussi réussi en rapport avec les représentants des communautés et des associations, à les calmer et les amener à la raison. Beaucoup sont allés se faire recenser, maintenant, il s’agit d’aller retirer les cartes et ils sont en train de le faire pour ceux qui en ont encore les moyens. Et grâce à l’entregent de l’ambassade, les interpellations, les rafles et les reconductions à la frontière qui ont été opérées ont pu être atténués, du moins pour l’instant. En tout cas depuis pratiquement le mois de mars, on ne nous a signalé que très peu de cas d’arrestations ou de rafles voire de reconductions à la frontière. Nous avons aussi mis ce temps à profit pour sensibiliser nos ressortissants pour leur dire que c’est une loi, il faut s’y conformer et tous ceux qui sont en mesure de payer, d’aller le faire. Et je crois que la majorité des Sénégalais qui vivent en Mauritanie ont retiré leurs cartes. Cependant, nous avons demandé par écrit au Ministère de l’Intérieur d’en dispenser certaines catégories comme les élèves, les étudiants mais aussi les enfants mineurs notamment pour soulager les chefs de familles nombreuses pour pouvoir supporter le coût de la carte de séjour.

RIMWEB : Justement. Par rapport à cette mesure, les Sénégalais s’offusquent du fait qu’il n’y a pas eu de réciprocité. Votre commentaire?

SEM MK : Vous savez, en la matière, pour nous, la réciprocité signifierait des représailles. Nous ambassade, quand on a rendu compte à notre gouvernement, nos autorités ont dit qu’il n’était pas question d’appliquer la réciprocité en la matière. Le gouvernement ne voyait pas la nécessité d’appliquer la réciprocité. Les Mauritaniens vivant au Sénégal vont continuer à circuler librement avec seulement la carte consulaire que leur délivre leur ambassade.

RIMWEB : Récemment, le Sénégal a annoncé la réciprocité des visas qui entre en vigueur le 1er juillet prochain. Il y a eu des confusions et des interprétations par les Mauritaniens qui croyaient être concernés par la mesure. Pouvez-vous revenir en détail pour éclairer la lanterne des Mauritaniens?

SEM MK : C’est vrai qu’il y a une information parue dans la presse et suivie de commentaires issus d’une mauvaise interprétation je dirai d’une note circulaire adressée aux ambassades et consulats installés au Sénégal relative à la réciprocité en matière de visas. En fait c’est pour établir un certain équilibre parce que dans les relations diplomatiques, la réciprocité est un principe presque immuable. Comme vous le savez, les Sénégalais étaient soumis aux visas pour aller dans certains pays pendant ce temps, les ressortissants de ces pays n’avaient pas besoin de visas pour venir au Sénégal. C’était pour le Sénégal une manière d’encourager le secteur touristique et autre. Mais souverainement à chaque fois qu’on vous impose quelque chose, vous devrez réagir de la même façon. Et voilà, depuis un an, l’Etat du Sénégal a décidé que partout où les Sénégalais doivent avoir un visa pour y aller, les ressortissants de ces pays là devront produire la même chose pour aller au Sénégal. Donc vous savez que tous les pays Schengen n’avaient pas besoin de visas pour venir au Sénégal, il y avait un manque à gagner terrible pour le trésor sénégalais pendant ce temps, les Sénégalais faisaient le parcours du combattant pour avoir des papiers pour entrer dans ces pays. Je ne parle pas des tracasseries qu’il y avait, de la paperasserie exigée avec environ 60 Euros non remboursables qu’on vous réclamait ! C’est pourquoi, nous avons dit que désormais tous les pays qui demandent un visa pour les Sénégalais se verront demander ce même visa. Maintenant, il a été décidé d’instaurer des bureaux de production biométrique dans un certain nombre de postes diplomatiques. Parmi ces postes, il y a celui de l’ambassade du Sénégal en Mauritanie. Comme c’est le cas avec la Gambie qui figure sur la liste et avec laquelle nous avons une convention de libre circulation des personnes et des biens. Vous ne voyez pas le Sénégal demander aux Gambiens un visa pour aller au Sénégal. Donc l’ambassade du Sénégal en Mauritanie, est choisie pour abriter un site de production des visas biométriques. Mais cela concerne les ressortissants de pays concernés et qui sont là en situation régulière. Ils n’ont donc pas besoin de retourner dans leurs pays pour chercher le visa. Ils viennent ici formuler la demande et on le leur donne. C’est la seule raison qui fait que la Mauritanie a été citée dans la liste. Mais on aurait pu dire tout simplement que l’ambassade du Sénégal en Mauritanie va abriter un site pour produire les visas biométriques. La Mauritanie ne nous applique pas de visas, donc il n’y a pas de raison que le Sénégal lui applique un visa. Il ne faut donc pas mettre de liens comme certains ont voulu le faire, entre la carte de séjour et le visa. C’est vrai que nous avons été interpellés par des milliers de Mauritaniens qui étaient inquiets par la mesure. Mais nous les rassurons. Les Mauritaniens ne sont pas concernés par les visas pour aller au Sénégal.

RIMWEB : En mai dernier, il y a  un journal sénégalais qui a écrit dans ses colonnes qu’en moins de 5 mois, il y a eu 99 sénégalaises violées en Mauritanie. Une situation qui a gêné la partie mauritanienne. Quel commentaire vous inspire cette information? 

SEM MK : (Rires). Nous avons été les premiers à être étonnés de cette information. C’est même surréaliste d’avoir en un temps aussi court 99 viols ! C’est presque en moyenne un viol tous les jours! Ça dépasse l’entendement. Nous, nous avons fait une vérification et d’ailleurs, ces gens là ont cité comme par hasard, l’Association Mauritanienne pour la Santé de la Mère et de l’Enfant (AMSME). Et quelques jours après, cette dernière a fait un démenti catégorique pour dire qu’en un an, il n’y a que deux cas de sénégalaises violées qui ont été portées à leur connaissance. Mais malheureusement, ce démenti n’est pas paru sur le site sénégalais Seneweb.com qui a repris l’information. Il est paru sur Cridem quand même. En fait, nous avons pratiquement abouti à ça. D’ailleurs tout récemment il y a encore une autre information parue dans la presse pour dire que 7 Sénégalais ont été interpellés pour mariage homosexuel au quartier de Basra. Nous avons été au commissariat de ce quartier pour nous informer mais ils nous ont dit qu’il n’y a jamais eu d’interpellation de Sénégalais pour mariage homosexuel. Mais nous avons continué à chercher et finalement on nous a dit qu’il y a 4 Sénégalais et non 7 qui ont été arrêtés à la police judiciaire en face de l’ambassade du Sénégal pour proxénétisme. Il y a malheureusement des informations qui sont distillées de manière à vouloir nuire aux relations entre nos deux pays. Mais cela ne passera pas. A l’image de ce que font nos Chefs d’Etat et nos gouvernements, nos relations vont rester très très stables inchallah. Ce ne sont pas ces informations du genre qui vont nous déranger. Peut-être elles pourront émouvoir certains mais nous ferons en sorte qu’à chaque fois qu’il y a des informations de ce genre, faire tout pour donner la bonne information et rassurer les uns et les autres. Je vous remercie.

Propos recueillis par RIMWEB.NET

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind