IRA : COMMUNIQUE SUR LES EVENEMENTS DE ZOUERATT

Depuis quelques jours, la ville minière de Zouerate (Nord du pays) connait de violents troubles et une grave crise opposant les Journaliers d’une part et les autorités régionales de la Wilaya de Tiris Zemour et la direction de la SNIM IRA-COMMUNIQUE(Société Nationale des Industries Minières) de l’autre. Ainsi les travailleurs ont-ils décidé d’entamer une grève totale et organiser un sit-in illimité au milieu de la cité pour exprimer leur ras-le-bol devant les conditions de misère dans lesquelles ils sont maintenus et l’exploitation éhontée que font de leur force musculaire les grands barons du tâcheronnat.

                Les Journaliers ont fini par perdre patience. Ils ne supportent plus les promesses non-tenues et le mépris que leur exprime l’Etat en flagrante connivence avec les notables de la place. Ils ont donc décidé d’extérioriser ce ras-le-bol. Les revendications des Journaliers tournent autour de la demande de respect et de dignité formulée en direction de l’entreprise qui exploite la mine (SNIM). Ils se plaignent de la société intermédiaire qui rechigne à leur régler leur dû sous prétexte  qu’elle n’en est pas responsable. Ils demandent qu’ils soient titularisés et que leur soit assurée une couverture sociale qui les mette à l’abri des pratiques de l’esclavage moderne dans lesquelles les maintiennent les tâcherons.

                Ce matin (mardi 28 mai 2013) la crise a connu un développement inquiétant quand la police avait chargé avec une rare violence les Journaliers qui organisaient un sit-in devant les locaux de la Wilaya. Des troubles spontanés en ont résulté se soldant par des dégâts matériels importants causés aux bâtiments de l’Etat.

                La situation des Journaliers de Zouerate et de Nouadhibou constitue l’une des manifestations de l’état de misère dans lequel végète la classe laborieuse de Mauritanie. Elle est symptomatique de la condition des damnés de cette terre depuis les dockers du Port jusqu’aux porteurs de la ville en passant par les travailleurs précaires des entreprises minières exploitants les champs aurifères de Taziaste et d’Akjoujt.

                L’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) qui suit cette situation avec inquiétude déclare:

                1- sa condamnation totale et définitive de la violence et du désordre, quelle que soit leur origine et engage les travailleurs à rester vigilants et à ne pas céder au désespoir;

                2- sa solidarité résolue avec les travailleurs manuels et sa demande adressée aux autorités pour qu’elles trouvent le plus rapidement possible une solution définitive et consensuelle répondant à leurs revendications;

                3- sa demande adressée aux autorités pour qu’elles adoptent une nouvelle politique dans le domaine de l’emploi qui tienne compte du niveau de conscience et d’éveil de la classe laborieuse et qui mette fin à l’arbitraire et la ségrégation qui menacent la stabilité de l’Etat et ternissent son image.

                                                                                                                                             Nouakchott le 28 mai 2013

                                                                                                                             La Commission de Communication

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge