IRA: Accueil triomphal de Biram,Lauréat 2013 du Prix de l’ONU (Video)

IRA-Meeting - Retour du laureat 2013

Un accueil populaire a été réservé à Biram Ould Dah Abeid de retour d’une longue tournée en Europe, en Amérique et en particulier de New York au siège des Nations Unies où il a reçu le 10 décembre 2013 le Prix des Nations Unies pour les Droits de l’Homme 2013.

Ce prix n’a laissé personne indifférent, autorités et citoyens lambda.

 Ce qui est frappant est de constater la volonté manifeste des autorités de Nouakchott de vouloir empêcher la couverture médiatique  de cet événement   organisé par les militants et sympathisants  d’Ira pour accueillir leur leader et lauréat 2013 du prix des Nations Unies pour le droit de l’Homme.

 Principal enseignement de ce meeting populaire: Gérer et prendre en compte la peur des autres, ou ne pas faire peur tout simplement.

«Nous avons grandi, dira un leader d’IRA, et nous ne devons  pas continuer à nous plaindre de ce que nous avons subi et avant nous, nos grands-parents. Nous devons aller de l’avant et viser la présidence de la République».

Un combat de titan

Le leader du mouvement abolitionniste, Biram Dah Abeid, dans la foulée de l’action, a lancé un avertissement à qui veut l’entendre. « Je mets en garde les autorités ou quiconque contre la colère des hratines, des noirs et de Dieu. Les hratines sont en insurrection » a-t-il averti. En outre, Biram a pointé du doigt l’armée nationale « qui continue de mettre les hratines dans les rôles subalternes ». Il a soutenu que «les hratines sont les moteurs de l’économie nationale ». Mais, selon Biram, «ils sont laissés pour compte à Tasiast, au port et à la Snim ». S’interrogeant sur la forme de démocratie en Mauritanie, il dira : « quelle est cette démocratie qui confine 20% des citoyens dans l’esclavage ? C’est une démocratie tyrannique, esclavagiste » a-t-il soutenu non sans indiquer que les élections du 23 novembre et du 21 décembre « sont une mascarade ». Car, à en croire Biram, « le seul parti qui pourrait défier le parti au pouvoir, c’est le RAG (parti Radical pour une Action Globale ndlr) qui a été éliminé de la course. En interdisant le RAG, Mohamed Ould Abdel Aziz a fait une fuite en avant » a-t-il souligné.

Revenant sur son prix, le leader d’IRA a soutenu que « ce prix est un désaveu pour l’Etat qui refuse de reconnaître IRA et le combat qu’il mène ». Toutefois, au-delà de la lutte antiesclavagiste, Biram a dit que «le combat d’IRA met sur la rampe de lancement, sur le chemin de la réussite, les combats pour d’autres maux, sur d’autres phénomènes qui gangrènent notre société, notre pays ». Et le président d’IRA de poursuivre : «Je ne reculerai pas devant la justice pour ces fils qui sont morts injustement. C’est mon combat, et c’est le combat d’IRA et ses partenaires et nous irons jusqu’au bout », a-t-il dit. «Je m’engage aussi pour ceux là, haratines ou d’autres noirs dans la vallée qui ont été spoliés de leurs terres, pour que justice leur soit rendue », a-t-il averti.

RIMWEB

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge