IRA : La contre-offensive continue.

Devant des milliers de ses sympathisants regroupés dans la nuit du vendredi au samedi, à la maison des jeunes de Zouérate, le président de IRA a sonné la charge à l’encontre des cercles obscurantistes du pouvoir et de l’opposition, qui ont voulu, déclare-t-il, « le peindre en un ennemi de Dieu ».

« Ce sont eux qui sont les ennemis de Dieu d’autant qu’ils fondent leur mode de vie sur l’exploitation de l’homme, le viol, le racisme, la discrimination. » Pour les combattre, le leader abolitionniste compte utiliser des moyens civilisés conformément au droit national et international de défense des personnes humaines.

Biram Dah Abeïd a réitéré sa bonne foi : « je suis musulman croyant et pratiquant fondant mon engagement, mes idées et principes sur les préceptes égalitaires de justice et d’équité mais aussi d’honneur et de dignité transcrit dans le saint Coran , les actes et paroles du Prophète Mohamed (PSL). »

Inscrivant aussi son action et son engagement sur le droit national et international à travers les conventions internationales ratifiées par la Mauritanie, le dirigeant abolitionniste récuse et désavoue « avec force les jurisprudences et interprétations esclavagistes et inégalitaires contraires à l’islam, au Coran et à la Sunna. Nous avons incinéré, le 27 avril 2012 les ouvrages et codes négriers pour attirer l’attention du monde musulman sur le forfait commis au nom de l’islam, sur ce forfait des groupes dominants à travers leur propension à maintenir ces livres esclavagistes contraires à tous les droits », tonne Biram.

Il appellera enfin les classes dominantes, « ceux qui s’entêtent à propager les mensonges et accusations d’apostasie pour s’opposer à nous, pour nous contredire à un échange régulier, civilisé et démocratique, à cesser ces attaques qui, souligne-t-il, prouve leur incapacité à souscrire aux principes de droit et de la religion originelle ».

Aux militants et sympathisants de son organisation, il les exhortera « à continuer leur combat dans la paix, le respect de la personne humaine, de la différence, du point de vue adverse et le respect des principes de la non violence ».

Thiam


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind