IRA : Note d’information

IRA-Mauritanie a organisé la nuit du vendredi à samedi une grande soirée de sensibilisation et de mobilisation au secteur 4 à  ARRAFAT. Cette activité se situe dans le cadre d’une action de proximité menée par le mouvement pour expliquer ses positions sur les tares sociales et le défilement du pouvoir vis-à-vis de ses responsabilités face à l’esclavage et ses corollaires. Plus d’un millier de personnes a répondu à l’appel.

IRA 12_8_2012 ARAFAT

Plusieurs interventions dont notamment celles respective du vice-président de IRA Monsieur Brahim Ould Bilal Ould Abeid et Boubacar Ould Messaoud, Président de SOS-Esclaves ont ponctué cette soirée, sans compter la prestation culturelle du groupe rap DOUBLE BACK HARTAN dont les chansons et leurs thèmes – un exemple véritable exemple d’engagement  – ont ému et emballé tout le public.

Donnant le coup d’envoi de la soirée, Monsieur Brahim Ould Bilal Ould Abeid a souhaité la bienvenu à tous les militants et sympathisants du mouvement à Arafat. Il a rappelé que l’esclavage que Mohamed Ould Abdel Aziz tente opiniâtrement de nier et réduire à un phénomène d’état de pauvreté, d’ilotisme et de précarité est une réalité irréfutable. C’est alors dit-il une aberration de s’évertuer à la circonscrire géographiquement dans le dit triangle de pauvreté. Car son discours populiste et sa volonté acharnée de détourner les regards de ce phénomène sous lequel ploie les esclavages et anciens esclaves qui constituent 50 % de la population nationale ne pourront aucunement changer les faits. Et de Brahim d’ajouter que Biram Ould Abeid Ould Dah, détenu d’opinion, dérangeait le système féodal et les esclavagistes si bien que le pouvoir guettait une quelconque occasion pour l’arrêter. Ainsi l’autodafé des livres n’était, en fait, qu’un alibi pour faire plaisir aux forces obscurantistes et réactionnaires.

Monsieur Brahim n’a pas manqué l’occasion de critiquer la sortie carnavalesque de Mouhamed Ould Abdel Aziz consacrée par une exclusion absolue et sans appel des Hratin au niveau des journalistes mais surtout au niveau du public. Comme toujours, cette communauté fut ravalée à sa mission traditionnelle de cuisinier et de serveur loin des projecteurs. Une nouvelle fois dit Brahim, les questions qui préoccupent les Hratin ont été passées sous silence. Le seul cas où elles ont été évoquées, ce sont les Négro-africains qui les posaient. C’est cheikh Tijane Dia qui a surpris Ould Mohamed Abedl Aziz par l’évocation de l’arrestation de Biram et ses codétenus, exactement comme Camara Seydi Moussa qui irrita le général en le contraignant à parler de l’esclavage, lors de l’édition précédent.

Prenant la parole le président de SOS-Esclave, Boubacar Ould Messaoud à dénoncé l’embargo décrété sur IRA tout en demandant de vive voix sa reconnaissance par les autorités. Décrivant l’état de discrimination prévalant en Mauritanie, il a rappelé l’iniquité et les abus dont souffrent les Hratines, en particulier, et les communautés casteés, en général, qui selon lui doivent prendre fin. Le président de SOS-Esclave a invité à l’engagement d’un débat sérieux et franc sur l’esclavage fondé  sur un islam falsifié et une volonté de refus de l’existence des Hratines.

L’esclave dit le président de SOS-Esclave  continue à être pratiqué dans sa forme la pus abjecte dont VEYAH OUL MAYOUV et OULD AIDA ne sont en réalité que quelques unes de ses nombreuses et indéniables preuves.

D’autres cadres et intellectuels présents ont intervenus. Tous ont mis en exergue les dérives du pouvoir contre les Hratines. Ils ont tous réclamé la libération immédiate et sans condition de Biram Ould Ould Dah Oul Abeid et ses camarades victimes d’une arrestation arbitraire.

Nouakchott, le 11/08/201é

La cellule de communication de l’IRA

 


Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge