IRA:Les menaces du Général ne bloqueront pas la roue de la lutte pacifique

Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste
ira-logo
Les menaces du Général ne bloqueront pas la roue de la lutte pacifique
Nous avons suivi avec stupeur et consternation le discours prononcé par Mohamed Ould Abdel Aziz, à l’occasion de son investiture, suite à une élection frauduleuse caractérisée par toutes les formes de violations dont l’utilisation des deniers publics, l’achat de consciences, l’implication abusive de l’administration, la caporalisation de l’armée, l’instrumentalisation de la tribu, le bourrage des urnes et la mise en scène d’une CENI sans âme.
Notre participation aux élections, dont nous avons rejeté les résultats pour les raisons citées ci-haut, à travers l’appui de la candidature à la Magistrature suprême du président du mouvement abolitionniste (IRA), Biram Dah Abeid, Prix des Nations Unies, fait de nous l’acteur et le témoin le mieux indiqué pour évaluer le discours d’investiture du Président. C’est pourquoi, il est de notre devoir de présenter une somme de réactions tirées de nos observations sur cette allocution.
Notre constat est que le Président est demeuré hélas fidèle à ses vieilles habitudes d’homme rompu aux allégations vindicatives et aux phrases vaseuses, dépourvues de sens, d’objectifs et de perspectives. En effet, son insistance sur ce qu’il prétend être les réalisations de son premier quinquennat, n’est en fait qu’un alibi grandiloquent et une fuite en avant consistant à continuer sur la voie, qu’il s’est lui-même tracée, sur la base desdits acquis réalisés sur un terrain n’existant nulle part que dans son imaginaire.
Aussi, rappelons-nous, à l’opinion publique nationale, que ce quinquennat s’est caractérisé par un étouffement cinglant des libertés et un piétinement sans précédent des dignités et des lois. Durant tout ce mandat, le Général n’a jamais raté l’occasion d’opposer une fin de non recevoir à son devoir de traiter par le droit et l’équité les questions nationales. Il a fait obstacle à l’arrestation et au jugement des esclavagistes ainsi que la poursuite des génocidaires et autres responsables des crimes durant les années de braise, auxquels il garantit l’impunité absolue.
IRA a connu, au cours de ce dernier lustre, des arrestations, tortures et autres parodies de justice, suite à sa dénonciation sans compromis de l’esclavage et des racismes domestique et d’Etat, notamment lorsqu’elle incinéra symboliquement et héroïquement des livres du code noir dont usent les négriers arabo-berbères ; et ce pour dénoncer leur utilisation comme référentiels pour la légitimation et la légalisation de l’esclavage. Jamais la réaction du Général – dans l’injonction aux tortionnaires pour réprimer et séquestrer les militants et libérer de facto les criminels à qui l’État assurait protection et aide à travers la dissimilation des traces de leurs forfaitures – ne s’est faite attendre.
Le Général Mohamed Ould Abdel Aziz s’obstine toujours à refuser la reconnaissance du mouvement IRA. Cependant, il suscita çà et là la reconnaissance d’organisations fantomatiques pour les dissidents d’IRA et autres flagorneurs du système. Par la même occasion, il s’est opposé également à l’octroi d’un récépissé au parti RAG, tandis qu’il en attribuait des dizaines à des partis à la solde du système de renseignement.
Des centaines de dossiers de pratiques d’esclavage présentés par IRA et SOS – Esclaves dorment encore dans les tiroirs de la justice, à cause des injonctions du Général pour que les juridictions nationales ne convoquent guère les esclavagistes par souci, prétend-il, de préserver l’unité et la cohésion sociales, comme si l’une et l’autre sont intrinsèquement liées à la nécessité de perpétuation des pratiques esclavagistes. Est-ce que c’est cela la politique que Ould Badel Aziz promet de poursuivre au cours des cinq prochaines années ?
Un autre extrait du discours du Président ne pouvait passer sans que nous y réagissions. Le Président Ould Abdel Aziz a évoqué timidement et sans conviction, la diversité culturelle en se targuant que les Mauritaniens ont toujours vécu dans la tolérance, la symbiose et l’entraide. Ici, une question se pose cependant et à juste titre : Comment la diversité et la tolérance peuvent-elles être considérées, tel que le prétend le Président, comme des valeurs sociétales irréfutablement ancrées et de façon profonde en Mauritanie alors que l’on maintient encore les esclaves dans la servitude totale ? Ainsi les jeunes filles esclaves sont soumises au viol au nom du droit de cuissage et leurs congénères mâles à la castration, tel le cas de Bouta (esclave de la famille de Mohamed Vall Ould Youssef qui voyage continuellement depuis un certain temps pour prendre part aux différents forums internationaux afin de nier l’existence de l’esclavage dans le pays). A rappeler que Bouta vit encore en tant qu’esclave castré à Rosso et dans la maison d’un laudateur attitré et proche de Ould Abdel Aziz.
Le Président se targue des prétendues réalisations en matière d’éradication des « séquelles de l’esclavage » sans qu’il n’avance cependant un seul exemple, et ce à l’heure où il persévère toujours dans la dénégation et le déni de ce fléau, parlant à tort de séquelles au lieu d’esclavage. Or la mise sur pied d’un tribunal ayant en charge les dossiers de l’esclavage est un aveu d’échec de la politique d’autruche et de la langue de bois auxquelles il semble être rompu. C’est pourquoi, et face à la faillite de cette politique, le tâtonnement l’a conduit à sa nouvelle révélation proférée dans l’engagement suivant : « Nous nous opposerons farouchement aux tenants des visées racistes, particularistes ou grégaires qui menacent notre cohésion sociale et notre unité nationale. ». On est en droit de nous demander, dans ces phrases, à qui s’adresse Son Excellence le Président des PAUVRES ? Cette déclaration serait-elle un euphémisme inédit désignant les défenseurs des droits humains auxquels le monde libre reconnaît pourtant la justesse et la légitimité de la cause à travers les hautes distinctions internationales qu’il leur discerne ?
S’il y a vraiment en Mauritanie des parrains du racisme, du particularisme et du tribalisme ce sont sans équivoque le Président Ould Abdel Aziz et son système. Ce sont eux qui distribuent exclusivement aux Bidhanes, à commencer par la tribu du Président, les récépissés des médias privés ? C’est aussi Mohamed Ould Abdel Aziz, fort de son système, qui attribue les banques, les sociétés d’assurance. C’est lui encore qui fabrique les hommes d’affaires et creuse davantage les disparités économico-sociales ?
Il est temps alors qu’il sache que l’ensemble des organisations des droits de l’Homme qui défendent les damnés de la société (Haratines, Lim’almine et Négro-africains) sont l’émanation et l’expression de représentation légitime des couches écrasées. Nous sommes étonnés de le voir tourner en dérision la vérité et banaliser la réalité. Son rôle de Président, son rôle à lui, était de combattre les causes efficientes et profondément enracinées du mal et non de s’acharner cyniquement contre les victimes.
Ces assertions du Président s’inscrivent, somme toute, nous semble-t-il, dans les mêmes manœuvres d’intimidation qui n’ont cessé de viser ces dernières années les militants des droits humains et les victimes, au lieu du déploiement d’efforts de mise en œuvre de plans de développement et de mesures de coercition, à même de résoudre définitivement les causes réelles et apparentes des souffrances multiformes des opprimés… Face à cette position où se mêlent défi, déni et menace, nous promettons, forts de notre expérience et de notre volonté inébranlable, d’opposer une résistance farouche. Nous braverons tous les dangers et vaincrons à coup sûr le système de domination, pour instaurer un État garantissant les droits civiques et la citoyenneté pour tous.
L’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) est aujourd’hui prête à poursuivre, contre vents et marées, toutes formes d’actions de secours des opprimés, abstraction faite de leurs couleurs, leurs races et leurs langues, quelles que soient du reste les origines des concernés. Nous ne nous laisserons point impressionner ni intimider par les menaces voilées insinuées à tous vents par Ould Abdel Aziz dans ses sorties médiatiques caractérisées par l’incohérence et l’affabulation. Nous restons fidèles à notre ligne pacifique qui vise la déconstruction du système de domination raciale et la refondation d’une nouvelle société juste et égalitaire loin du compromis avec les bourreaux, des velléités de revanche ou des fouilles dans le passé.
Nous mènerons notre combat d’abolition conformément à notre propre stratégie telle que déclinée il y a deux ans, sur un double front séparé mais complémentaire : d’abord, le front des droits humains sous l’égide du mouvement abolitionniste (IRA) et son leader Biram Dah Abeid ; ensuite, le front politique sous les auspices du parti RAG et sa direction collégiale. Ce dernier sera un creuset de rencontre de toutes les composantes nationales.
Le Président sera-t-il vraiment tenté de nous priver de notre droit à la lutte pacifique en passant à exécution ses intimidations ou parviendra-t-il à nous entraîner, comme il le pense, vers la violence et l’extrémisme ? Ce qui est sûr c’est que nous sommes plus que jamais convaincus que tous les plans échafaudés sur fond de manœuvres, de provocation et de menace n’entameront jamais notre engagement et notre détermination, parce qu’ils finiront tous par échouer.
Encore que le lourd tribut payé par les leaders du mouvement, ses militants et sympathisants au nom de la lutte juste, sous le règne de Ould Abdel Aziz et les nombreuses victoires que nous avons remporté nous ont enseigné que la liberté ne s’offre pas, elle s’arrache. Alors il se trompe bien, celui qui croit pouvoir nous obliger à nous agenouiller. Nous ne nous prosternerons que devant Dieu et devant Dieu seul.
Enfin, nous considérons que les concepts malveillants ponctuant le discours de Ould Abdel Aziz ne nous engagent pas, encore moins ne nous décrivent ; sachant, par ailleurs, que le ton choisi et les accusations insinuées n’inspirent point confiance. Au contraire! Alors il s’imposerait au pouvoir de procéder à une révision de ses positions pour les harmoniser à une stratégie inclusive, cohérente et lucide qui tient compte des intérêts suprêmes de la nation, afin d’éviter au pays le chaos ; sinon la situation risque d’empirer et de déstabiliser ce que Ould Abdel Aziz prétend défendre jalousement, à savoir la cohésion et la sécurité nationales.

Nouakchott, le 04 Aout 2014
LE BUREAU EXECUTIF

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge