Je m’engage en faveur du plaidoyer pour le réseautage des jeunes

jeunesRIMWEB.NET : L’Association d’utilité publique « Je m’engage » a initié du 27 au 28 décembre un atelier en faveur du réseautage des associations de jeunes. Cet atelier financé par le PNUD avait pour thème : « Plaidoyer pour un réseautage des associations de jeunes, en faveur du développement durable » pour une cause commune dans un pays où les jeunes s’activent de plus en plus à la vie de la cité.

Développement durable : quels profits pour la Mauritanie ?, nécessité de participation des jeunes à la gouvernance mais comment ?, chômage des jeunes comment y faire face efficacement?, comment amener les décideurs  à donner plus de place aux jeunes dans les politiques de développement ? Voilà des préoccupations  soulevées lors cet atelier qui a porté sur les techniques de plaidoyer, les principes de base  et fonctionnement du réseautage.

jemengage1Cette rencontre marquée par des travaux de groupe se veut un outil de valorisation de la citoyenneté et de l’engagement des jeunes, ainsi la présidente de « Je m’engage » Dieynaba Touré  a estimé que cette retrouvaille a pour objectif de promouvoir « la démocratie participative ».

Pour sa part, Mamoudou Touré de la coordination de « Je m’engage » a plaidé pour la performance des associations en ces termes « une association qui ne produit pas de résultats n’a pas sa raison d’être ». Un conseil qui va sans doute servir d’inspiration pour l’émergence d’une nouvelle société  où les jeunes entendent contribuer réellement aux prises de décision comme le propose ainsi l’expert des OMD (Objectifs du millénaire pour le Développement)  Aliou Abdoul Diop : « Les jeunes doivent apporter des solutions à leur problèmes ». Pour y parvenir, Malick Fall un autre membre de société civile propose « la culture entrepreneuriale » vecteur de « changement durable ».

jemengage2Un des temps fort de cet atelier participatif a été les commentaires formulés autour du développement durable qui  est « une concentrée d’utopie » selon Ndiodio Dioum pour qui « il faut redéfinir les priorités » de ce développement dont « ont ne profite pas » a fait savoir ce participant qui ajoute par ailleurs que ce concept est « imposé ». Débattant de cette problématique Moussa Elimane Sall membre de l’ONG RIM Youth Climate Movement estime qu’il faut « s’adapter au développement durable » .Pour sa part, un  autre intervenant a émis l’idée comme quoi « les partenaires ne vont pas nous développer ».

Des participants ont aussi mentionné que l’expérience des personnes âgées peut servir d’exemple aux jeunes souvent. L’Association « Je m’engage » qui organisera l’atelier de restitution de son projet hivernage 2014 le 17janvier prochain souhaite « de l’appui » pour mettre en orbite ses futurs projets de développement.

Awa Seydou Traoré

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge