« Je n’ai pas pu violer ma voisine, j’ai un trop petit…… »


Un quinquagénaire liégeois a été acquitté vendredi par le tribunal correctionnel de Liège de faits de viols sur une jeune voisine. L’homme prétendait ne pas avoir pu commettre les faits parce qu’il est doté d’un micro-pénis. Ce n’est cependant pas pour cette raison qu’il a été acquitté mais au bénéfice du doute, le tribunal ne trouvant pas d’élément pour confirmer les déclarations de la victime.

En 2009, une femme âgée de 25 ans avait dénoncé les faits à l’issue d’un conflit de voisinage avec le prévenu. Elle affirmait qu’entre 1996 et 2002, soit entre ses 11 ans et 17 ans, son voisin lui avait imposé des pratiques sexuelles déplacées.

Dès ses 11 ans, la fillette aurait été invitée à participer à des jeux de cartes qui se terminaient par des gages attribués au perdant. Le prévenu lui aurait imposé des actes de masturbation. A 14 ans, il lui aurait imposé des relations sexuelles complètes. Puis, quand elle avait 15 ans, il s’est montré jaloux et possessif en raison d’une dépendance affective.

Le prévenu contestait les faits de viols et soutenait qu’il n’aurait pas pu entretenir de relation sexuelle avec cette jeune fille parce qu’il était doté d’un micro-pénis et qu’il subissait une médication qui le rendait impuissant. Cette argumentation a été balayée par une expertise.

Le tribunal a cependant estimé qu’il subsistait un doute profitable au prévenu parce que la dénonciation était intervenue tardivement dans le cadre d’un conflit de voisinage. Les déclarations de la victime n’ont pu être corroborées par d’autres éléments. Le prévenu a été acquitté au bénéfice du doute.

Source : 7sur7


Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge