Journée internationale des droits humains : Le Commissariat aux droits de l’Homme et à l’Action humanitaire lance les activités pour l’élaboration d’un plan d’action national pour les droits humains

droithomme1

Pour commémorer la journée internationale des droits de l’homme, le 10 décembre, le Commissariat aux Droits de l’Homme et à l’Action Humanitaire a saisi cette occasion pour procéder au lancement d’un atelier en vue d’élaborer un plan d’actions national. Ce plan visera à mettre en œuvre les recommandations des organes des traités et de l’examen périodique universel. L’ouverture de la cérémonie a été marquée par la présence du ministre de la justice, Mr. Sidi Ould Zein, de celui de l’enseignement supérieur, Sidi Ould Salem ainsi que différentes personnalités de la société civile et d’institutions internationales.

Le Palais des Congrès de Nouakchott, a abrité, ce 10 décembre dernier, une cérémonie commémorative de la journée internationale des droits de l’homme. Une occasion pour la Commissaire aux droits de l’homme et à l’Action humanitaire, Mme Aïchetou Mint M’Haiham, de passer en revue la situation et les réalisations dans ces domaines.

Des réalisations de haute importance

Mme Aïchetou, a passé au peigne fin les réalisations effectuées dans le domaine de la politique nationale des droits de l’homme, leur vulgarisation et leur promotion. Tout comme elle a parlé des échanges avec les mécanismes internationaux des droits de l’homme, le suivi et la mise en œuvre des engagements conventionnels et le renforcement de la cohésion sociale.

droithomme4

S’agissant de l’Action humanitaire, la Commissaire a indiqué que les efforts se sont focalisés sur l’objectif de réduction des souffrances des populations victimes de la pauvreté et de la marginalisation. Ainsi, des subventions d’assistance ont été accordées à des indigents (malades, personnes âgées, veuves …) bénéficiant d’appuis sous forme d’aides sociales. Toutefois, des programmes AGR ont été mis en œuvre dans les wilayas du Hodh Chargui, de l’Assaba ou encore du Guidimagha pour des montants de 20 à 31 millions d’ouguiyas selon les besoins de la wilaya. D’autres programmes d’appui à la société civile ont été également lancés par le commissariat, a soutenu Mme Aïchetou Mint M’haiham.

droithomme6

Auparavant, le représentant de Mme Coumba Mar Gadio, Coordinatrice du système des nations unies en Mauritanie, a tenu à adresser un message du Secrétaire Général de l’ONU, Mr. Ban-Ki Moon à travers lequel, il a indiqué que «quelques soient nos origines, les droits de l’homme sont une question de justice». Selon cette personnalité, «quand les violations se produisent, nous nous mobilisons pour dénoncer». Il a ainsi exhorté les citoyens notamment les défenseurs des droits humains, à dénoncer leurs gouvernements car les nations unies ont également cette mission de dénoncer les autorités qui dénient les droits des personnes. Lui emboîtant le pas, Mr Estrauss, du bureau du Haut Commissariat des nations unies pour les droits de l’homme, a pour sa part souligné que «la déclaration des droits de l’homme offre comme fondement le droit à la vie. Ce sont des droits inaliénables appartenant à tout le monde même pour les personnes vivant avec un handicap». Puis, il renchérit : « il faut mettre fin à la tyrannie et à la discrimination humaine» a-t-il martelé avant de soutenir qu’ensemble, «nous devons exiger les droits de l’homme indivisibles et inaliénables».

droithomme8

Une journée d’échange …

Après des échanges de discours, les invités ont eu droit à une visite guidée des stands et expositions sous les auspices de Mme la Commissaire accompagnée d’une équipe dynamique dont Dr Ba Hamadi chargé de l’Action humanitaire qui a eu à expliquer les différentes actions menées dans ce domaine. Ces stands ont été tenus par la Commission nationale des droits de l’homme, que président Mme Irabiha Mint Abdel Weddoud et une dizaine d’Ong locales dont l’Association des Femmes Chefs de Familles (Afcf) d’Aminetou Mint El Moctar, de l’Agence Taqadoumi pour la lutte contre l’esclavage et ses séquelles et de l’Association mauritanienne pour la Santé et le Développement des Femmes et Enfants handicapés de Mme Aziza Mint El Meslem.

droithomme7

Ensuite, il y a eu l’atelier sur l’élaboration du plan d’actions national pour la mise en œuvre des recommandations des Organes des Traités et de l’Examen Périodique Universel auquel les participants ont pris part. Après les travaux en groupe, une conférence débat réunissant le Commissariat aux droits de l’homme et à l’action humanitaire, le Haut commissariat des nations unies pour les droits de l’homme et la Commission nationale des droits de l’homme a sanctionné les travaux de l’atelier.

Un centre d’information et de documentation

Le lendemain de la célébration de la journée, le Commissariat a saisi cette opportunité pour procéder à l’inauguration dans son siège, d’un Centre d’information et de documentation pour la sensibilisation sur les droits de l’homme et l’Action humanitaire.

centre1

 

Dans son discours à cette occasion, Mme la Commissaire a indiqué que la création du Centre représente « une nouvelle contribution au renforcement et à la consolidation des activités du Département, afin qu’il puisse accomplir convenablement les missions et les objectifs pour lesquels il a été créé, à savoir la promotion et la protection des droits de l’homme et de l’action humanitaire dans le but de servir le pays et ses citoyens, conformément aux orientations du Président de la République». En outre, elle a précisé que ce «Centrefinancé sur les ressources propres du Commissariat, fournira au grand public, … des informations de référence et crédibles sur les droits de l’homme et l’action humanitaire, la mise en œuvre de programmes de sensibilisation, de mobilisation et de renforcement des capacités au profit des organismes et des organisations de la société civile, tout en constituant une bibliothèque moderne pour les lecture, la culture et la recherche spécialisées dans ce domaine. »

centre3

Ce centre est équipé d’ordinateurs, de matériel, internet et de documents essentiels au service des citoyens dans ces domaines précis. Mme la Commissaire, a expliqué ses invités le nouvel organigramme du commissariat avec une salle provisoire pour la documentation et dotée d’outils informatiques. Selon la patronne du Commissariat, «ce centre constitue un espace d’échange et de communication au profit des citoyens dans le cadre des actions que nous menons ». Certains cadres n’ont pas manqué de souligné le définit de documents et autres matériels qui pourront aider le centre à mieux fonctionner. C’est l’occasion choisie par la Commissaire pour appeler ses partenaires, notamment le HCR, le Haut commissariat des nations unie pour les droits de l’homme pour l’assistance nécessaire au bon fonctionnement du centre. « Nous comptons sur le HCR pour la réussite de notre programme » a-t-elle dit.

centre2

Pour sa part, Mr. Estrauss du bureau du HCDH, a souligné que «ce centre est une bonne opportunité pour les droits de l’homme et l’action humanitaire. Car les droits de l’homme sont pour chaque jour et non pour les cérémonies seulement». Selon lui, «le citoyen doit s’informer sur ses droits. Nous sommes prêts à soutenir le centre et échanger les expériences avec les pays où nous travaillons » a-t-il promis.

Badiane

Reportage: RIMWEB  VOUS Y MENE EN IMAGES

centre4

droithomme5

droithomme9

droithomme6

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge