Kedia de Zouérate Les sanctions pleuvent… et après.

L’affaire de la Kedia de Zouérate n’en finit pas de finir. Après le spectacle des mauvais goûts offerts au public de la cité minière par les dirigeants peu scrupules de la Kedia, les conséquences se font sentir maintenant .Au lieu de rendre le tablier, les dirigeants de la Kedia bénéficient d’un certain soutien au sein de la FFRIM.

kedia-zouerattLa décision de la CQRPD obéit à une logique clientéliste, chose la mieux partagée au sein de la FFRIM, une association de personnes imbus d’intérêts divergents mais convergents dans le pillage des ressources. La commission Qualification, Pénalités, Règlements et Disciplines de la FFRIM, a au cours, de sa délibération du 2 avril, décidé de sanctionner la formation de la kédia de Zouérate , suite à la forfaiture commise, le vendredi dernier, face à l’ASAC. Selon la CQRPD, « il s’est avéré que les miniers ont fait évoluer deux joueurs non qualifiés ».ll s’agit de Moustapha Brahim et de Bouba Béchir . Par conséquent, en application des dispositions réglementaires de I’ article 172 du code Disciplinaire des règlements Généraux de la FFRTM en vigueur, le match est perdu par pénalités ( 0 à 3) ,avec une Suspension de douze (12) mois aux deux joueurs cités plus haut.Une suspension de six (06) mois a été également prononcé à l’encontre de l’entraîneur du club, Mody M’Bodj. Une autre suspension mais cela de douze (12) mois a été infligée au secrétaire général du club.
Enfin, une amende de cent mille ouguiya (100000um) a été infligée contre la formation.
La ligue nationale de football a manqué de « professionnalisme » et fait preuve de « souplesse » ou du moins de complaisance vis-à-vis d’un club disposant d’accointances au sein de la FFRIM. Les maillons faibles paient le laxisme et la mauvaise gestion de dirigeants peu portés sur la chose footballistique. La Kedia devrait être reléguée en seconde division. La bourde du vendredi dernier devrait être réprimée afin que cela serve d’exemple. Mais !
THIAM Mamadou

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind