La balle amie sera la seule trace marquante d’Aziz dans l’histoire de Mauritanie..

Balle perdue

Aziz a contribué de toutes ses forces à défigurer Nouakchott en empêchant Hamza de travailler et ce par tous les abus de pouvoir possibles qui ont freiné les activités de la C.U.N. Si l’opposition avait le moindre esprit, elle aurait dû faire campagne en rang serré au moins pour gagner Nouakchott en faisant campagne partout contre tout ce qui rappelle le pouvoir car c’est le pouvoir qui a tué Nouakchott pour faire un hold-up sur la C.U.N et ses milliards sans parler de faire perdre à l’opposition la capitale. Mais nos opposants n’ont ni esprit ni initiative constructive autre que la débandade…

Pourquoi Aziz n’a-t-il pas combattu Hamza avec des moyens réglementaires pour faire tomber Hamza en faisant tomber l’opposition qui le soutient ? Pourtant Aziz a tous les moyens de l’Etat à sa disposition, télé et radio sans parler des mercenaires de la plume, il pouvait argumenter.

C’est tout simplement qu’Aziz ne fait qu’appliquer la méthode avec laquelle il a pris le pouvoir sans coup férir et avec laquelle il tient le pays du million de domestiques : la force, la menace, l’humiliation. Voilà pourquoi il a préféré bloquer la CUN partout et détruire Nouakchott pendant ce temps en gelant les activités de la CUN.

Ce monsieur est incapable de vaincre autrement que par la force des armes, la force de la trahison, la force de la menace, la force de l’hypocrisie qui berna tout le monde politique les uns après les autres, la force de l’ingratitude, la force du mensonge, la force de l’humiliation etc. etc.

Mais il se garde toujours de se faire des ennemis éternels, de là qu’il récompense toujours ceux avec lesquels il se fâche sérieusement s’ils ont avec eux des partisans. De là qu’on voit des limogés pour crime économique reprendre service ou des captifs reçus en audience en toute amitié. De là qu’il n’attaque longuement que les faibles. En vérité, le camelot Aziz, au-delà des fantasmes que les peureux et les griots plaquent sur ce cintre ingrat et avare, a tout d’un poltron notoire capable d’un coup de sang pour écraser un faible ou menacer un fort qui lui résiste ne sachant comment le corrompre autrement car il craint de faire quelque chose qui déstabilise le système qui se vengera sur lui en lui fomentant  » des événements » qui puissent un jour le faire traîner devant les tribunaux car il sait que la roue tourne vite et les années 90 sont derrière ; le temps est partout au printemps et au TPI ; de là qu’il dirige ce pays en l’anesthésiant et en s’entourant quasiment que de débris tayistes et de fronts prosternés dont il raffole pour que son orgueil démesuré, bien de chez nous, se sente bien.

Ce monsieur qui fit rêver la majorité du pays se révèle être un petit personnage qui  n’a de constructif que son mépris qui permet de laisser libre cours à la liberté d’expression, le reste est l’œuvre d’un petit officier comme il y en a mille, roublard en génie et intéressé sans limites mais pas méchant. Le hasard comme l’occasion faisant le larron au bénéfice d’un poignard dans le dos d’un mentor lui faisant totalement confiance, l’a mis au sommet d’un pays en totale décomposition, il n’a ni le courage ni le caractère ni aucun moyen intellectuel ou moral pour le guérir ou le mettre sur le chemin de la guérison alors il le met dans le coma pendant qu’il se sert, lui et quelques-uns comme des occupants.

S’il continue à ce rythme, la seule chose qu’il laissera de vivace dans l’histoire du pays, c’est le courage avec lequel il a affronté la balle amie qui lui remit les pieds sur terre car l’homme commençait sérieusement à perdre la tête mais c’est normal, aucun être humain ne pouvant rester  psychologiquement équilibré avec autant de pouvoir du jour au lendemain ; tandis qu’un roi est préparé dès la naissance à cela.
Encore heureux qu’Aziz ne dirige pas seul, il a ses amis généraux de la première heure avec lui comme autant de consuls du directoire sinon depuis longtemps il aurait définitivement perdu la tête.

Tout ce qu’il faille espérer c’est que si Maslow a raison avec sa fameuse pyramide alors après avoir mangé, s’être vêtu, avoir du patrimoine à ne plus finir, s’être diverti, avoir fait le tour du monde, avoir rencontré quelques grands et moins grands de ce monde, s’être cru leur égal, avoir voulu berner les uns et les autres en se croyant jouant à la belote avec ses semblables, le faux jeu compris, s’en être mordu les doigts, avoir pris une balle, avoir eu la peur de sa vie, avoir eu tout le temps de méditer la fragilité du sort, s’être calmé, ne plus dire un mot, laisser couler, peut-être va-t-il faire de ce pays autre chose qu’un cirque de bouffons à sa solde pour divertir ceux qui sont pillés et dont le passé, le présent et l’avenir sont détruits.

En attendant on devrait interdire aux militaires de voter, on ne peut pas avoir les armes et les urnes ; comme on doit interdire à tous les membres de la CENI et du ministère de l’intérieur de voter car on ne peut être juge et partie comme il est permis aux gardes armés de tourner le dos à la Mecque pour surveiller leur chef en pleine prière publique…

Il faut tant d’il-faut face auxquels il n’y a que tant de yaca que la meilleure chose à faire pour continuer de rêver c’est d’essayer de continuer à dormir…

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge