La « bande de la peur » est de nouveau hors de prison


Les familles des membres de ce qui a été connu en 2003 sous le nom de « la bande de la peur », coupables de meurtres et de vols dans des appartements meublés à Nouakchott, ont dédommagé les parents de leurs victimes.

Cette bande qui se compose d’étrangers (Ali Seck, Elman Dieh, Thiérno Sarr, Bara Fall) est responsable de l’assassinat d’un  homme répondant au nom de Moctar, dans les appartements Saada  de Baba Ali, sur la plage. Les actes de cette dangereuse bande du crime organisée ne s’arrêtent pas seulement aux agressions dans les rues et dans les appartements ou au vol et braquage de commerce  mais aussi aux attaques contre les chauffeurs de taxis, l’agression des femmes et autres actes qui jettent l’effroi dans le cœur des paisibles citoyens.

Cette bande dont les membres sont des étrangers, venus en Mauritanie séparément mais qui se sont connus dans le « garage sénégalais » et le garage malien » après avoir fui de la prison de Louga, réputée pourtant comme la plus surveillé au Sénégal, où ils étaient détenus pour meurtres, vols et agression. Ils se sont évadés de la prison de Louga après avoir tué l’un de ses gardiens, ont débarqué en Mauritanie pour y travailler comme chauffeurs de taxi, puis de particuliers, à tel point que l’un d’eux a travaillé comme chauffeur pour un ancien candidat à la présidence lors de sa campagne !

Leur métier de taximen leur a permis d’étudier tout Nouakchott et leur séjour à Sebkha, dans une chambre à l’intérieur d’une école privée, a servi de lieu de rencontre pour tous les membres de la bande.

Avant qu’elle ne tombe dans les filets de la police, cette bande avait l’habitude de piéger des personnes en les appelant dans un appartement, au motif qu’elle a des devises à échanger ; il y a tué une personne. Ils ont aussi enlevé un jeune sur la place sise au Palais des congrès pour l’amener à la plage

et le tuer à la fin pour utiliser sa voiture dans le vol d’un commerce à Sebkha près de la « mosquée des Tidjanes », aux environs du cinéma Saada.

Cette bande a provoqué une psychose à Nouakchott, ce qui avait poussé la police à redoubler d’efforts, à l’époque, pour                                                                                                                                 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge