« La campagne médiatique algérienne orchestrée contre la Mauritanie et son peuple atteste la dépendance de la presse » dit Ould Haiba

haiba_gbAtlanticmédia: Le Président du Groupe de communication Atlanticmedia Mohamed Salem Ould Haiba s’est dit surpris par la brutale campagne médiatique lancée dernièrement par la presse algérienne contre la Mauritanie, ses dirigeants et son peuple, notamment en mettant l’accent sur l’invective des citoyens, décrits par les mots les plus vils.

« Cette campagne est une preuve irréfutable de la dépendance et du manque de professionnalisme de la presse algérienne, qui obéit sans hésitation aux ordres militaires directs, alertée et militairement équipée pour mener une campagne immédiate sur notre pays, loin de toute couverture médiatique professionnelle, qui nécessite la recherche des réelles causes et conséquences de tout incident » a affirmé Ould Haiba.

« La ligne rédactionnelle de tous les médias audiovisuels et tabloïd algériens a montré une uniformité dans cette campagne médiatique, faisant découvrir une presse servant de haut-parleurs à la solde des cercles sécuritaires militaires dans ce pays » a-t-il ajouté.

Il a précisé également que la résurgence spontanée et simultanée d’une certaine catégorie de personnalités sur les chaînes TV et radios algériennes ainsi que dans les journaux de ce pays, pour proférer des invectives contre un peuple frère et voisin, sous différents titres tels que: « un analyste politique, » ou « expert en stratégies », ou « spécialiste des questions régionales « , etc. …; prouvent clairement que ces cercles et dispositifs militaires des renseignements sont ceux qui dirigent et orientent l’impuissante presse algérienne.

Le Président du Groupe Atlanticmedia indique aussi qu’à la différence de la presse algérienne, les médias mauritaniens, ont efficacement traité la décision prise par les autorités mauritaniennes relative à l’expulsion du diplomate algérien, se limitant à présenter l’incident avec professionnalisme, en le circonscrivant à son cadre naturel, en tant que décision souveraine, prise sur la base d’informations que la Mauritanie est la seule à connaître, exactement comme son renvoi d’Alger du diplomate mauritanien de son territoire.

Ould Haiba estime que la disparité flagrante de traitement des médias de deux événements reflète l’existence d’un profond fossé entre une presse indépendante comme celle de la Mauritanie et des médias servant d’écho pour ses chefs et vrais responsables au sein de la sécurité et des dispositifs militaires algériens.

« Cette situation fait qu’on assiste aujourd’hui à une campagne d’insultes et d’humiliation dans les médias algériens, élargie au Président de la République et à tout citoyen de ce cher peuple, visant la dignité et l’honneur du peuple mauritanien tout entier » a-t-il dit.

Tout à fait l’inverse dans la presse mauritanienne, de l’opposition ou de la majorité qui n’a pas publié la moindre insulte à l’adresse de l’Algérie, de ses dirigeants et de son peuple ; prouvant qu’elle est plutôt indépendante et professionnelle, qu’elle est libre de tout suivisme et de toute servitude à l’autorité ou à l’un de ses différents dispositifs.

Ces qualités ont permis incontestablement à la Mauritanie d’occuper, pour la cinquième année consécutive, la première place dans le classement des pays arabes, en matière de liberté de la presse.

Des avancées qui font des jaloux, qui la rendent aujourd’hui une cible de ce genre de propagande tendancieuse et de guerres médiatiques impropres orchestrées par des parties où la liberté de la presse reste encore l’otage de régimes monopolistes et attardés malgré la chute du mur de Berlin, la désintégration de l’Union soviétique, du camp oriental, de la tyrannie de la révolution des données et de la maîtrise des peuples, des nouvelles technologies, dit le Président du groupe Atlanticmedia.

Evoquant la propagande faite par certains médias algériens des impacts négatifs de la Mauritanie de ce qu’elle appelle, le trafic des drogues à travers ses frontières Nord-Ouest avec le Royaume du Maroc, ould Haiba a discrédité cette option, soulignant que la contrebande concerne en premier les tonnes de fruits et de légumes ainsi que des marchandises, des voitures et autres approvisionnements , qui, au contraire, revigorent le marché mauritanien et contribuent à stabiliser les prix ainsi qu’assurer l’équilibre nécessaire entre l’offre et la demande.

Tout le contraire de la bande frontalière mauritanienne Nord-Est et Nord qui constitue une source de menaces et de dangers pour notre pays ainsi que pour sa stabilité et la sécurité de nos populations, particulièrement la zone frontalière mitoyenne au territoire algérien, qui comporte un ruban non contrôlé, abandonné par Alger pour servir de no man’s land aux groupes armés terroristes et aux trafiquants de la drogue, des armes et de l’immigration illégale en plus des autres formes de la criminalité transfrontalière. « Une bande qui ne suscite aucune attention de la part de cet Etat voisin frère qui inonde les régions du nord mauritanien par divers produits périmés » ajoute-t-il.

Et de poursuivre : « une situation qui soulève plus d’une interrogation sur la vérité et les objectifs de ces groupes terroristes et de ces gangs de trafic et de la criminalité transfrontalière, sur la partie ou les parties qui les parrainent et leur fournissent protection et soutien ».

Ould Haiba estime que des dizaines de soldats mauritaniens ont été égorgés de sang-froid à Lemgheity, Tourine et El Ghallawiya dans les zones attenantes à la frontière algérienne, qu’aucun insecte ne peut infiltrer à l’insu ou sans la bénédiction des autorités d’Alger.

Il a rappelé également que l’armée mauritanienne a arrêté en 2013, un gang armé de trafiquants de drogue et de carburant, se déplaçant sous l’escorte d’un convoi issu de l’un des groupes terroristes actifs entre le Nord du Mali et le sud-est algérien, dans une zone proche de Ain Ben Tili, loin de la frontière avec le Maroc.

Ould Haiba a indiqué également que les autorités algériennes se sont précipitées, le jour de la déposition de l’ancien Président mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi, à héberger les opposants les plus hostiles au Président Mohamed Ould Abdel Aziz, en violation à son principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats tiers et en contradiction aux principes des relations internationales fondées sur le respect de la liberté des choix des peuples.

Ould Haiba rappelle par ailleurs que le peuple algérien est un peuple frère pour lequel les mauritaniens vouent toute l’affection et l’estime, comme il témoigne lui-même ces sentiments de respect à l’endroit des mauritaniens, précisant que c’est peine perdue qu’une poignée de médias soumis aux ordres de certains Chefs de l’institution militaire algérienne de nuire à ces liens fraternels et historiques, consolidés par la religion, le sang, la langue et la culture.

Le Président du groupe Atlanticmedia a appelé tous médias mauritaniens à se dresser avec fermeté et force face à la propagande orchestrée contre la nation et la dignité de leur peuple, quelle que soit sa source, abstraction faite de la nature, des orientations et des positions politiques de l’autorité. Il a loué enfin la position de la République sœur et voisine du Sénégal, qui reflète le niveau de prise de conscience de ce pays et la maturité de sa démocratie ainsi que son souci de respecter les relations historiques partagées avec la Mauritanie.

Une attitude à travers laquelle, le Sénégal a montré son attachement au principe de la souveraineté nationale des autres pays, quand il a pris la décision de mener immédiatement une enquête sur un groupe, se présentant comme formé par des mauritaniens, qui tentaient d’organiser un congrès sur son sol, pour discuter et débattre des questions mauritaniennes intérieures, suspendant cette manifestation, précisant que cette conduite a clairement traduit la grande différence qui caractérise les régimes démocratiques murs des autres systèmes.

Source: Atlanticmédia

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge