La CAP-AP convoque la commission de supervision de l’accord de dialogue national

cap - ap - rimweb.net

La convocation du collège électoral par le gouvernement  pour la tenue des élections législatives et municipales le 12 octobre prochain, continue de susciter des élans de contestation de la part de l’opposition plurielle, qui vient de révéler publiquement ses points de vue sur ces  échéances, pour lesquelles, jusqu’à l’instant, seule la majorité présidentielle est en course.

Après les intentions de boycott réitérées par les instances dirigeantes de Tawassoul et de l’Ufp, en attendant une prise de position commune des partis de la COD,  la CAP-AP, plus connue sous la coalition des SIX, qui rassemble les formations  dialoguistes  APP, El Wiam et Sawab et de la Troika ADIL, le RD et le MPR,  ont fustigé cette convocation unilatérale du collège électoral.

Une décision prise à  l’issue d’intenses concertations entre les partis membres de ce pôle politique médian, qui laisse encore ouvert les choix du boycott et de la participation, à la différence de la COD, dont les formations envisagent déjà la reprise de leurs manifs de protestation exigeant le départ du pouvoir.

La CAP-AP qui évite encore toute précipitation a décidé en conséquence de convoquer d’urgence la commission de supervision de l’accord de dialogue entre la majorité présidentielle et l’opposition participation pour statuer sur ce qu’elle appelle une violation des résultats de cet arrangement, qui avait conduit à l’époque à  une scission de l’opposition au mouvement de rectification.

Reste à savoir, quelle influence aura la commission de supervision de dialogue pour fléchir les pouvoirs publics sur leur agenda électoral qui court à une vitesse vertigineuse, où chaque jour perdu dans la confrontation, risque d’enliser les opposants dans les sables politiques  mouvants.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind