La COD dévoile sa commission d’enquête sur les « biens mal acquis et les scandales financiers »

La coordination de l’opposition démocratique COD a organisé ce mardi 23 avril 2013, en début d’après midi, un point de presse à l’hôtel Mauri Center. cod_logo_2013Au cours de cette rencontre avec la presse, la COD a  dévoilé la composition de la commission d’investigations qu’elle a mise en place pour enquêter sur les scandales financiers dans lesquels le pouvoir en place est empêtré.

Présidée par le député Moustapha Ould Bédredine, vice président de l’UFP, la commission comprend, les parlementaires  suivants : Bâ Aliou Ibra de ADIL, comme vice président, Yacoub Ould Moine, du RFD, Saleck Ould Sidi Mahmoud de Tawassoul, Kadia Malick Diallo, de l’UFP, Mariem Mint Bilal du RFD, de Zeinabou Mint Deddi.

Dans son introduction, le président de la commission est revenu sur l’ensemble des scandales qui ont jalonné le pouvoir de Mohamed Ould abdel Aziz dont le dernier est son implication supposée dans  le «blanchiment d’argent », dénommé par la presse « ghanagate ». Pour Ould Bedredine, jusqu’en 2008, les régimes en place en Mauritanie se sont enrichis par les intermédiaires, contrairement à l’actuel régime dont le chef ne « s’embarrasse pas de courtiers », parce qu’indique le président de la commission, « il n’a confiance en personne. » Le président Bedredine s’est étonné face à l’ampleur des dégâts,  du silence des organes de contrôle nationaux et internationaux. Et c’est face à ce mur de silence que la COD, consciente de sa responsabilité devant le peuple mauritanien, de l’image du pays qui vient d’être déclassé par Transparency International et la Sherpa, a décidé de mettre en pace cette commission d’enquête.  Sur ses moyens d’investigations, Bedredine dira : la commission demande le concours de tous les mauritaniens et des organisations internationales pour faire la lumière sur les scandales financiers mettant à nu le pillage des ressources du pays et qui ternissent ainsi  son image. Le président de la commission reconnaît que la tâche est difficile mais dit savoir compter sur le souci des mauritaniens de connaître la vérité sur l’ensemble des scandales financiers.

Rappelons que la création de cette commission parlementaire d’enquête intervient au lendemain de la demande formulée par la COD au pouvoir de faire la lumières sur les « enregistrements » mettant en cause  le président de la République. Face au refus du pouvoir, la COD s’était engagée à mener ses propres investigations. Au terme de ses travaux, indique son président, la commission portera  ses résultats à la connaissance du peuple mauritanien et à l’opinion internationale.

Signalons enfin qu’au cours de cette rencontre avec la presse, la COD a exprimé sa « solidarité » avec les dockers, « objet d’une violente répression des forces de l’ordre, parce que tout simplement, ils ont osé réclamer des droits à leurs employeurs

Le Calame

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge