La douce revanche d’Abdoulaye Wade (Par Momar Mbaye)

Abdoulaye Wade et MACKYIl peut savourer sa douce revanche, Abdoulaye Wade. Calmement, loin des agitations de la vie politique sénégalaise qui entre dans un tournant, avec cette affaire de corruption dans laquelle serait impliqué le président Macky Sall en personne. Avec l’inversion de la charge de la preuve, ce sera à l’accusé, désormais, de prouver son innocence…

Mais dans le cas d’espèce, il sera difficile pour le chef de l’État de se relever de ce « coup d’assommoir » venu de l’hexagone. Ce scandale aussi grave de par son ampleur planétaire, si avéré, serait le signe précurseur d’un coup de grâce porté à un régime pris entre deux feux : le marteau de la demande sociale croissante, et l’enclume des lobbies, leur influence et leur diktat au Sénégal comme ailleurs.

La version sénégalaise de l’affaire Lamine Diack, ce n’est pas le remake de l’affaire Segura, mais en plus grave. Car remettre une mallette d’argent à un fonctionnaire de l’ONU en fin de mission, ne peut être comparé à faire financer une campagne électorale présidentielle, par de l’argent sale, issu de la corruption et du dopage. Ce qui revient à dire, le cas échéant, qu’on aura abusé des Sénégalais, des électeurs, et qu’on aura enfreint le code électoral et les lois en vigueur au Sénégal.

Ce sera donc à la presse sénégalaise d’entamer des investigations et d’aller au-delà de l’information fournie par les confrères du journal français, et à la justice sénégalaise d’ouvrir une enquête indépendante. Afin d’éclairer les lanternes sur ce scandale d’État qui reste à étayer par des preuves formelles. Car l’opinion ne peut pas compter sur l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption, encore moins sur la Cour de répression de l’enrichissement illicite, pour être édifiée sur cette affaire qui porte atteinte à l’honorabilité du Sénégal à tous les niveaux.

Diack est tombé, mais « La mine » n’explosera pas seule. Dans sa chute, le corrompu et corrupteur présumé veut entraîner ceux qui auraient profité de ses largesses, ces hommes et ces femmes politiques qu’il aurait aidés à remporter « la bataille de Dakar », à défaut de pouvoir lui-même porter l’estocade.

Car ce qui s’apparente à une conspiration à grande échelle sur le dos du peuple sénégalais, resté le dindon de la farce sur fond de corruption dans le milieu politico-sportif, aura finalement eu raison d’Abdoulaye Wade qui, en tout état de cause ne devait ni ne pouvait rester au pouvoir au-delà de 2012. Aujourd’hui emmuré dans un silence, l’ancien chef de l’Etat peut savourer sa douce revanche. En attendant, que d’autres masques tombent.

Auteur: Momar Mbaye – Seneweb.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge