La FAO appelle les pays du Proche-Orient et Afrique du Nord à adhérer à un accord innovant pour lutter contre la pêche illicite

Abdessalam_Ouldahmed_FAO_210Le bureau régional de l’Organisation desNations Unies pour l’alimentation et l’agriculture au Proche-Orient et Afrique du Nord a fait appel aux pays de la région afin d’adhérer à un nouvel accord international pour lutter contre la pêche illicite, non réglementée et non déclarée (INN).

L’appel du Bureau régional de la FAO fait écho à l’une des principales recommandations de la 33ème Conférence régionale pour le Proche Orient (NERC33), à laquelle ont participé les représentants de 25 pays membres de la région. La conférence régionale a noté l’importance de la pêche, l’aquaculture et les activités liées à la pêche, ainsi que les avantages durables dérivés des océans, mers, zones côtières et eaux intérieures.

Elle a souligné l’importance de la pêche maritime pour alléger la pression sur d’autres systèmes de production alimentaire avec une utilisation minimale des ressources en eau douce. La conférence a salué les efforts et les actions entreprises par les pays, la FAO et les partenaires menant sur la pêche et l’aquaculture, comme la fondation des opportunités de la « Croissance Bleue ».

Elle a approuvé de même l’implémentation de l’initiative de la « Croissance Bleue »dans la région et ses composantes, y compris les services éco systémiques, la croissance économique, les avantages environnementaux et le développement social.

La conférence a encouragé les pays à sauvegarder les intérêts des communautés de pêcheurs à petite échelle et traditionnelles pour faire face à la pêche multinationale illicite, non déclarée et non réglementée (INN). Elle a appelé les pays membres à signer l’accord de la FAO portant sur les mesures du ressort de l’Etat du port pour prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).

La pêche INN est sur le point de devenir beaucoup plus difficile une fois que l’accord sur les mesures du ressort de l’Etat du port (PSMA), qui est un accord international révolutionnaire défendue par la FAO, entre en vigueur le 5 Juin 2016.

En mai 2016, la FAO a annoncé que 29 pays membres et l’Union européenneavaient officiellement déposé leurs instruments d’adhésion, et le compte à rebours pour l’entrée en vigueur du PSMA était en cours. Le 5 Juin 2016, cet accord sera le premier accord international juridiquement contraignant au monde, ciblant spécifiquement la pêche INN.

Avec deux pays de la région présentant leurs documents d’adhésion au Directeur Général de la FAO, à savoir Oman et le Soudan, la région a encore beaucoup de travail à faire pour rendre la pêche illicite difficile à ceux qui vont visiter ses ports.

Conjointement, les 29 pays et l’Union européenne - dont les pays ont signé l’accord en tant qu’une seule entité – se sont officiellement engagés à travers leurs instruments d’adhésion pour plus de 62 pour cent des importations de poisson dans le monde et 49 pour cent des exportations de poissons, l’équivalent de 133 milliards et 139 milliards de dollars respectivement en 2013.

La pêche INN est responsable des captures annuelles allant jusqu’à 26 millions de tonnes, d’une valeur pouvant aller jusqu’à 23 milliards de dollars. Elle sape les efforts visant à assurer une pêche durable et une gestion responsable des stocks de poissons dans le monde entier.

Le sous-Directeur Général et représentant régional de la FAO pour le Proche Orient et l’Afrique du Nord, Abdessalam Ould Ahmed a dit : « Bien que nous louons Oman et le Soudan qui ont déjà ratifié cet accord unique, nous savons bien que tous les pays de notre région en bénéficieront, en particulier ceux qui ont une longue histoire dans la pêche et le commerce du poisson».

Il ajouta : «Comme cela est un accord juridiquement contraignant, les pays devront le prendre au sérieux et par conséquent, le niveau d’engagement nécessaire pour assurer la mise en œuvre devra être très important. À la FAO, nous sommes prêts à guider nos pays membres dans cette région pour répondre à ces engagements. »

Ould Ahmed a averti que « lorsque la pêche illicite sera interdite dans les ports respectant les lois, les pêcheurs vont migrer vers les pays non adhérents, déstabilisant leurs écosystèmes marins et appauvrissant leur stock de poissons. »
Le nouveau traité sur les mesures du ressort de l’Etat du port exige que les parties désignent des ports spécifiques pour être utiliser par des navires étrangers, ce qui rendra le contrôle plus facile.

Ces navires doivent demander la permission d’entrer dans les ports à l’avance et fournir aux autorités locales des informations, y compris les informations portant sur les poissons qu’ils ont à bord ; ils doivent permettre l’inspection de leur carnet de bord, les licences, les engins de pêche, la cargaison véritable, etc.

Le point primordial est que l’accord appelle les pays à refuser l’entrée ou inspecter les navires qui ont été impliqués dans la pêche INN, et prendre les mesures nécessaires. À cette fin, l’accord comprend également l’engagement des parties à échanger les informations régionales et mondiales portant sur les navires impliqués dans la pêche INN.

Interdire les pêcheurs peu scrupuleux de débarquer leurs captures illicites, rendra beaucoup plus difficile l’entrée de ce type de prises aux marchés nationaux et internationaux. Par rapport à la plupart des systèmes de surveillance et contrôle, les mesures de l’Etat du port agiront comme des moyens de dissuasion très efficace pour les activités de pêche INN.

2 Juin 2016, Le Caire

Source : FAO

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge