La loupe du Rénovateur : Absence « royale » d’un Président !

CHEIKH-TIDIANE-DIA-RENOVATEUR1Le Rénovateur Quotidien : L’absence d’un Président pour quelques jours pèse lourdement sur les affaires d’un pays. Si cela dure plus d’une semaine, les institutions de l’Etat tournent en rond.

Les mauritaniens ne sont pas trop habitués à voir un Président s’éloigner pour longtemps de sa cour. Sauf cas exceptionnel lié à la maladie ou un coup d’Etat. Ould Taya effectuait souvent des consultations médicales discrètes sous couvert de visites officielles sans laisser de place à une quelconque indiscrétion sur son bulletin médical.

Bien des supputations ont été faites sur son état de santé que d’aucuns qualifiaient de fragile. Cette situation se lisait à travers les attitudes physiques de Taya qui présentaient des signes de lassitude de fin de règne. L’homme du 12/12 a su tout de même maintenir le cap jusqu’à son départ forcé de son palais. Mohamed Ould Abdel Aziz a, quant à lui, battu le record des absences répétées du palais présidentiel.

L’ex- président de l’UA qui a effectué durant l’année écoulée des voyages dans le cadre de ses missions africaines s’est autorisé à se reposer hors de la capitale au moment où tout le monde s’attendait à le voir s’envoler en France pour ses contrôles médicaux.

Mais le fait de se trouver presque seul avec l’un de ses amis en villégiature dans un contexte de crise politique et d’insécurité pousse à se demander sur le pourquoi d’une telle aventure imprudente. Pendant ce temps passé hors du palais, l’opinion tente de chercher des réponses à cette absence qui a pesé immanquablement sur le fonctionnement de l’Etat.

Seules les activités du gouvernement tentent de meubler le vide qui s’installe dans le pays. Depuis plus d’une semaine, l’agenda du PM tient lieu de remplissage du programme gouvernemental avec des visites d’informations sur des réalisations sur le terrain des membres du gouvernement en mal d’activités. Le reste du tableau est occupé par le fameux projet de dialogue politique qui ressemble à tout sauf à une initiative consensuelle clairement posée.

C’est comme si le Président voulait détourner les politiques de son absence sur la scène en leur gratifiant d’une promesse politique aux contours alambiqués. Les récentes augmentations des salaires sont venues redonner une petite bouffée d’oxygène aux fonctionnaires décrispant mal une situation sociale marquée par des cascades de grèves à la SNIM , à la faculté de médecine, la détention des leaders de IRA et la mutinerie à la prison centrale.

Le Président cherche-t-il à oublier tous ses maux et à mieux réfléchir sur son deuxième quinquennat en demandant conseils auprès de son ami Ould Baya lui qui se confie rarement à ses proches sur des questions hardies. Aziz a des idées qu’il n’arrive pas à mettre en ordre notamment sur ses rapports avec son opposition, le maintien auprès de lui ou non de certains de ses collaborateurs directs, sur la gestion des crises identitaires mais aussi sur la situation financière du pays qui a vu une baisse drastique des cours du fer, du poisson le tout sur fonds d’un malaise social profond.

Conscient de cette situation et des conséquences de l’impasse politique chronique, le Président reviendra-t-il avec un plan de sortie de crise qui ouvrirait de nouvelles perspectives politiques et sociales dans le pays ? Certains analystes vont jusqu’à dire que le Président préparerait par anticipation son départ.

CTD

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge